Cerner

Réaliser une tranchée autour d’un arbre pour le déplacer ou renouveler la terre.

Cerner un arbre signifie creuser une tranchée autour de cet arbre

Le système radiculaire d’un arbre est extrêmement étendu, et ce sont ses extrémités, donc les plus jeunes racines, qui sont pourvues des poils absorbants ou d’un feutrage de mycorhizes qui absorbent les nutriments nécessaires à l’arbre.

Lorsque l’on déplace un arbre, il est évident que la majorité de son système racinaire ne pourra être déplacé (on considère que la surface de ce système mesure entre 10% et 35% de plus que la surface des parties aériennes), il est pourtant nécessaire de le traiter au mieux afin qu’il donne naissance le plus rapidement possible à de nouvelles racines et radicelles.

Dans l’idéal, le cernage se réalise plusieurs mois à l’avance, voire 1 à 2 ans, pour que les racines coupées soient déjà bien régénérées au moment de la transplantation, et de préparer le nouvel emplacement pour que la terre y soit bien meuble.
Le meilleur moment pour un tel déplacement étant entre l’automne et la fin de l’hiver selon les arbres. L’arbre doit être rabattu d’un tiers avant le cernage pour que la quantité de racines restantes soient suffisantes pour nourrir les parties aériennes. L’arbre doit ensuite être ceinturé pour rester bien en place le temps de l’opération. On réalise la tranchée à l’aide d’une bêche après avoir commencé à dégager la terre sur le pourtour du tronc, en prenant pour diamètre l’aplomb de la ramure. Le but est de former une motte autour du tronc en coupant les racines en biais vers l’intérieur du cercle.

Si le cernage est réalisé sur le moment du déplacement, il faut recouper proprement les racines au sécateur pour éviter toute possibilité d’infection. Sinon il faut remplir la tranchée réalisée avec du compost ou de la tourbe où pourront se développer de fines radicelles.

NB : vous pouvez aussi réaliser un cernage autour d'un arbre fruitier devenu peu productif.

 

Cerner signifie dans le langage courant encercler ou entourer.
Au sens figuré ce verbe est utilisé dans le sens d’appréhender totalement un sujet, une question.