Butter

Enterrer une partie de la tige d’une plante à l’aide d’une butte de terre.

Butter vos pomme de terre

Cette action peut avoir plusieurs raisons d’être, notamment permettre l’émission de nouvelles racines afin d’obtenir un meilleur développement, maintenir les plants droits et éviter les déracinements intempestifs, blanchir la partie enterrée, protéger des gelées.

On butte à l’aide d’un outil, une binette, une houe ou une serfouette.

On butte les pommes de terre 15 jours après les avoir plantées, lorsque le feuillage fait environ 25 cm de hauteur. Le buttage se répète 15 jours plus tard, et éventuellement par la suite si besoin. Cela permet de protéger les tubercules de la lumière (sinon ils verdissent et sont impropres à la consommation).

De plus, la formation de racines tout au long de la tige enterrée favorise la formation de tubercules. Accessoirement le pied est maintenu et se développe mieux.

Les haricots, pois, fèves, doivent être buttés car leurs tiges sont frêles et auraient du mal à supporter les vents forts et le poids de leur production. Le buttage les renforce et rend leur enracinement plus vigoureux.

Les poireaux, asperges, céleris, sont buttés pour protéger une partie de la plante de la lumière, qui sera ainsi plus tendre et savoureuse. On butte ces légumes en plusieurs fois, au fur et à mesure de leur croissance.

Butter les poireaux pour blanchir leur fût

Certaines plantes sensibles au froid comme les choux-fleurs, les poireaux, les artichauts, seront bien protégés par une butte de terre. Et la terre étant meuble, il n’y a pas de stagnation d’eau.

En langage familier, but(t)er signifie tuer, abattre.