Bassiner

Bassiner une plante signifie la brumiser.

Bassiner les feuilles en les brumisant

Mais pour les plantes au feuillage sensible à l’humidité (cyclamen, saintpaulia, orchidées, plantes épiphytes), on réalise ce bassinage en les plaçant dans un récipient plein d’eau, celle-ci ne devant pas dépasser le collet de la plante. Une fois le pot sorti de l’eau, il faut le faire s’égoutter totalement pour ne pas risquer les excès d’humidité souvent nocifs.

Il est également possible, notamment pour les orchidées, de bassiner au ras du substrat, afin que les fines gouttelettes, en s’évaporant, apportent de l’humidité au feuillage sans le mouiller.
La pluie doit être très fine et l’eau utilisée de préférence à température ambiante et douce, l’eau de pluie est idéale.

Signifiant humidifier légèrement, ce verbe a toutes sortes d’applications mais est surtout utilisé dans le cadre d’un soin : on bassine un endroit douloureux du corps avec de l’eau tiède, une lotion calmante.

En médecine : on bassinait auparavant les plaies et les ulcères.

En boulangerie, bassiner une pâte signifie y mettre un peu d’eau pour l’assouplir. Bassiner un lit, c’est le faire chauffer à l’aide d’une bassinoire.

Métaphoriquement, bassiner est utilisé pour dire “se rincer l’œil”.

Familièrement, “bassiner quelqu’un” veut dire qu’on l’ennuie en répétant des demandes incessantes.