Aiguillon

En botanique, un aiguillon est une excroissance acérée superficielle, qui fait seulement corps avec l’épiderme ou l’écorce du végétal et dont la suppression ne blesse pas la plante. Il diffère de l’épine qui, elle, fait partie du “corps” de la plante. Les rosiers, les acacias les ronces, les aubépines, ont des aiguillons et non des épines.

Les épines du rosier aussi appelées aiguillons

Les cactées portent elles aussi des aiguillons, autant sur la périphérie de leurs aréoles qu’en leur centre. Chez certaines cactées en colonnes ou globuleuses, on appelle céphalium les extrémités couvertes d’aiguillons en touffe (ou de soies).
Sont dites inermes les cactées et autres plantes dépourvues d’aiguillons ou d’épines.
Un petit aiguillon droit et fin est nommé un acicule.

Les aiguillons des cactus

Chez certains insectes, des hyménoptères, le dard est un aiguillon, par exemple chez les abeilles et les guêpes. Les scorpions et d’autres arachnides portent un aiguillon. Des poissons, comme la raie bouclée, quelques requins, ont également des aiguillons, notamment sur leurs nageoires, des mammifères, les porcs-épics en ont aussi.
Pour piquer également, mais le bétail cette fois, l’aiguillon est la pointe fichée au bout du bâton utilisé par les éleveurs : on aiguillonne les bêtes, plus particulièrement les bœufs, mais aussi les ânes, les chevaux.

Au figuré, un aiguillon est une “piqûre” intellectuelle, une stimulation.