Mihaho - Fotolia

Face à la canicule, le jardinier devra prendre moult précautions afin d'assurer des productions

Les arrosages

Voici le point clef de tout l'été. Comment arroser le plus efficacement possible ? L'idéal serait d'installer un réseau d'arrosage en lignes : un tuyau principal perpendiculaire aux planches de culture est subdivisé en lignes parallèles de tuyau microperforé ou suintant. Ainsi, vous arrosez les rangs de culture au pied des plantes et non les interlignes ni les mauvaises herbes. D'où une économie substantielle.
Bien sûr, il est possible de récupérer, en amont, les eaux de pluie et/ou les eaux grises du foyer dans une citerne et de la redistribuer à l'aide d'une pompe ou à l'arrosoir.
Dans tous les cas, mieux vaut arroser à la fraîche, le soir ou, à défaut le matin pour éviter l'oïdium, mais jamais en plein soleil afin d'éviter les pertes inutiles par évaporation, les brûlures du soleil causées par les gouttes d'eau faisant loupe. Arrosez plutôt peu souvent, mais en grande quantité pour favoriser une bonne réserve hydrique du sol et un enracinement en profondeur, gage d'une meilleure adaptabilité des plantes. De même, proscrivez l'emploi des asperseurs oscillants ou rotatifs, qui mouillent toute la surface sans distinction. De fait, vous éviterez toutes stagnation et éclaboussures sur le feuillage pour contrer la propagation des maladies cryptogamiques.

Employez sinon la technique des rigoles pour canaliser les arrosages sur la ligne de plantation. Il suffit pour cela de modeler deux buttes de part et d'autre du rang puis d'arroser jusqu'à plus soif au milieu.
Plantez plutôt en creux qu'en butte afin de collecter plus naturellement l'humidité.
De même, attendez que le vent se calme pour procéder aux arrosages. Les plantes en profiteront pleinement.

Optez pour un arrosage au goutte à goutte dans les lignes de culture

Les paillis

Appliqués sur terre ameublie et fraîche, les paillis seront utiles et efficaces en toute saison, mais surtout en été, qu'il s'agisse de limiter l'apparition des mauvaises herbes ou de retenir la fraîcheur au pied des plantes. Tout matériau s'avère bon pour couvrir le sol : les tontes de gazon appliquées en petites couches successives, les mauvaises herbes (sans graines ni racines perfides), les broyats de végétaux, le compost à peine mûr, la paille ou le foin…

Les semis

Protégez les semailles d'été d'un voile protecteur intissé blanc (réfléchissant) ou d'un poudrage léger de tontes de gazon afin d'ombrer légèrement le sol et de retenir l'humidité. Pour les semis les plus délicats, envisagez de les couvrir de sacs de jute humidifiés, à enlever délicatement dès la levée.

Binez régulièrement votre terre pour qu'elle absorbe mieux l'eau

Les repiquages

Faites de l'ombre sur les jeunes plantations. Employez pour ce faire et jusqu'à reprise complète, des cageots qui ménagent une bonne aération. Transplantez de préférence en fin de journée. Employez la technique du bain de boue pour hydrater les plants au maximum dès le départ. Pour ce faire, une fois le trou creusé, remplissez-le d'eau afin d'obtenir une bouillie accueillante dans laquelle vous installerez votre nouvelle plante. Ceci vaut tout aussi bien pour les légumes que pour les fleurs et plantes ligneuses achetées en container.

Les pratiques culturales

Faute d'employer des paillis, effectuez des binages périodiques afin de décroûter la terre, de la rendre plus meuble et d'autant plus apte à absorber les arrosages. Par la même, vous contrecarrerez les velléités des mauvaises herbes à germer d'abondance.

Philippe Ferret