Êtes vous de ces « hibernatus-jardiniers » qui, l'hiver venu, ne mettent guère le nez dehors par crainte du froid ou bien de ces « jardiniers-bûcherons » ravis des belles périodes de temps sec ou bien neigeux qui sévissent au cœur de l'hiver. Quoiqu'il en soit, essayons d'apprécier le verre à moitié plein (et non à moitié vide) en prenant conscience des avantages de l'hiver et des frimas.

Une régulation naturelle

Nos grands-pères le répétaient sans cesse. Un bon hiver élimine la vermine. Plus le froid s'impose, moins nous aurons à craindre, à la belle saison, les attaques des insectes nuisibles et prolixes qui hantent habituellement nos plates-bandes. Des spores de maladies cryptogamiques sont aussi éliminées ainsi que les racines des mauvaises herbes vivaces exposées volontairement en surface.
Le froid lève également la dormance de nombreuses graines, d'arbres notamment et de plantes vivaces d'altitude. Le jardinier avisé aura pris soin de préparer ces graines à la "vernalisation" naturelle en les semant dès l'automne, dans des pots ou terrines placés au pied d'un mur orienté au nord.

Quand l'hiver travaille pour vous

Si vous avez pris la précaution de bêcher à l'automne et à grosses mottes les terres les plus lourdes (argileuses), vous constaterez dès le printemps que l'action successive des gels et dégels a délité ces gros agrégats. La terre est ainsi devenue sans effort souple et aérée. Il ne reste plus qu'à en niveler la surface pour effectuer plantations et semis hâtifs.
La neige libère une quantité non négligeable d'azote dans le sol. Cet élément favorise particulièrement la croissance du feuillage. En épais manteau, elle protège du froid tel un isolant thermique certaines plantes basses qui ne supporteraient pas nos hivers continentaux.
C'est un fait reconnu, le froid peut avoir des effets bénéfiques. Plus l'hiver est froid et plus les lilas fleurissent abondamment. Tel est le cas de nombreux autres arbustes très rustiques qui nous réservent alors de plus belles surprises, la belle saison venue.

Qui a dit que l'hiver était triste ?

L'automne venu, une alternative s'offre à vous : choisissez de manucurer votre jardin en supprimant toutes les fleurs fanées et feuillages flétris dont les gracieux chaumes des graminées ou bien laissez en place les plus vaillants de ces éléments. Dans le second cas, je parie que vous apprécierez les ciselures et effets du givre sur les feuilles ou les inflorescences desséchées. De même, les fruits décoratifs des pommiers d'ornement, des callicarpas, des houx ou des skimmias deviennent de véritables joyaux qui, en compagnie des végétaux à feuillage persistant, nous invitent à la contemplation.