Progressivement s'organise la récupération de nos déchets toujours plus nombreux. Le jardinier un tant soit peu écologique s'équipe d'un composteur pour produire son terreau "maison" et recycle ses tontes en paillis (mulch, ça fait plus chic!) au pied des arbustes ou dans le potager... à condition bien sûr que son gazon n'ai pas été, récemment, traité au désherbant sélectif. Un broyeur, dans les grands jardins, permet aussi de réutiliser les débris plus ligneux, branchages ou feuilles mortes coriaces. Enfin, l'eau de pluie des gouttières est récupérée dans une citerne ou, plus modestement un vieux tonneau augurant de substantielles économies sur la consommation d'eau de ville. Du reste, il existe maintenant plusieurs systèmes de récupération à installer sur les descentes de gouttières.

Si vous avez l'esprit créatif et êtes un tant soit peu observateur, vous ferez feu de tous bois en récupérant des matériaux destinés au rebut. Ainsi des palettes, doublées d'un grillage et assemblées au carré à l'aide de solides piquets se transformeront aisément en silo à compost ou bien formeront un caillebotis provisoire et improvisé. Quelques soudures, et une vieille chaîne enroulée autour d'un cylindre devient un étonnant cache-pot aux allures marines. Un gros cordage, fera de même. Au Festival des Jardins de Chaumont, l'an passé, nous avons pu noter l'idée de barils coupés à plusieurs niveaux et peints de diverses couleurs vives. Ils accueillaient des cultures d'ornement ou nourricières, voire des plantes aquatiques pour garnir ce qui aurait pu être un jardin urbain très "in". De vieilles bassines, un chaudron, des drains en poterie… sont autant de contenants en puissance pour varier les décors d'été. Les balles de ping-pong colorées prendront place au sommet des piquets de tomates afin de prévenir tout risque de blessure alors que, une fois tendues au dessus des cultures, les bandes magnétiques usagées, bruissantes et réfléchissantes font fuir les oiseaux indésirables. Les caisses de poisson en polystyrène se muent en caissettes de semis géantes, mais précieuses pour leur profondeur, une fois coiffées d'une plaque de verre.

 

L'imagination du jardinier va ainsi bon train à dessein de se simplifier la vie, à peu de frais. Doublée d'une pincée d'ingéniosité, elle fera merveille pour faire de son petit coin de nature un endroit personnalisé, à nul autre pareil.