Dossier

C'est à l'approche de l'hiver que le besoin de disposer d'un abri se fait pressant. Il n'y a rien de tel, en effet, pour rentrer ses plantes frileuses, qu'une petite serre ou un tunnel pour conserver les plantes exotiques si attrayantes durant la belle saison. Tout le monde ne dispose pas, en effet, d'une buanderie, d'un garage clair et vide ou d'une véranda pour hiverner les frileuses. Qu'à cela ne tienne...

C'est avant les premières gelées automnales qu'il convient de rentrer les plantes un tantinet frileuses. Jadis, les jardins d'hiver et orangeries étaient dédiés à l'hivernage de ces plantes exotiques. De nos jours, les serres et les tunnels remplissent très bien ce rôle et des méthodes simples d'isolation permettent de substantielles économies d'énergie. A vous de choisir l'option la plus adaptée à vos besoins et à votre budget.

La solution la plus économique est sans aucun doute le tunnel type maraîcher, constitué d'arceaux supportant une bâche translucide, traitée anti-UV. Nul besoin de maçonnerie ou d'embase dans ce cas, il suffit de bien aplanir le terrain avant d'installer les montants-arceaux. Selon sa taille vous aurez peut-être besoin d'aide ensuite pour mettre en place la bâche.

Une serre tunnel maraîchère

En doublant l'intérieur avec des lais de plastique bullé, vous renforcerez l'isolation au froid pour maintenir l'intérieur hors gel grâce à un chauffage d'appoint rudimentaire. Cela s'avère généralement suffisant pour la plupart des végétaux d'autant que vous maintiendrez leur motte bien au sec, réduisant ainsi les effets néfastes du froid.

L'option tunnel offre un grand volume, mais les bords sont généralement réservés aux plantes peu élevées en raison du galbe de la structure. La condensation est également forte, car les écarts de température plus rapides. Toutefois, le plus grand volume tempère grandement ce dernier phénomène.

La serre, quant-à elle est proportionnellement plus onéreuse, mais plus durable. Il convient en effet de changer la bâche des tunnels tous les trois à quatre ans. Le verre double paroi ou le polycarbonate des serres modernes montre une bien meilleure résistance aux éléments.

Serre de Jardin Victorienne en polycarbonate

Le choix de l'emplacement est primordial afin de profiter du meilleur ensoleillement. Préférez donc un endroit bien dégagé et un axe est-ouest.
En revanche, il vous faudra ombrer la serre en été. Pour cela, des peintures blanches spéciales sont appliquées dès le printemps. Des auvents munis de pistons automatiques, et réglables en fonction de la saison permettent également une ventilation efficace et sans surveillance.

Pour ce qui est du chauffage, vous pourrez choisir entre une solution solaire, l'électricité fournie par un petit radiateur céramique voire à accumulation ou encore les systèmes branchés sur une bouteille de gaz ou à alcool.

 

Choisir le chauffage de sa serre

Dans tous les cas, vous aurez aussi tout intérêt à doubler temporairement les parois d'un film de plastique bullé, n'entravant pas la possibilité d'aération. Cette opération est indispensable au moindre redoux.

Installez votre serre sur une embase de métal fournie ou en option, sur un cadre de bois fait maison ou une maçonnerie légère de parpaings ou de briques.

Choisissez un modèle avec une porte pratique et pas trop basse, muni de plusieurs auvents d'aération et si possible d'une couverture en polycarbonate double parois, plus légère, solide et durable. Pour ce qui est de l'aménagement de l'espace, mieux vaut bricoler une tablette solide et stable plutôt que d'acheter et installer un système fixé à l'armature, ceci afin de privilégier un espace modulable en fonction des saisons. Éventuellement, à l'intérieur, calfeutrez un coin.

J'aime !