Ainsi nommée en opposition à l'abeille domestique dite sociale, l'abeille solitaire a un important rôle de pollinisation dans le jardin. C'est elle qui visite les premières fleurs des arbres fruitiers et toutes celles qui n'intéressent pas l'abeille domestique. En déclin à cause de l'emploi de pesticides au jardin, et de la disparition de son habitat, l'abeille solitaire a besoin du jardinier pour lui fournir un abri où nidifier. Apprenez à la connaitre pour la sauver dans votre jardin !

Sommaire

Rôle d'auxiliaire au jardin

Carte d'identité de l'abeille solitaire

Les abeilles solitaires sont-elles dangereuses ?

Habitat, régime alimentaire, cycle de vie

Comment accueillir les abeilles solitaires dans son jardin

Un jardin pour l'abeille solitaire

Un abri pour l'abeille solitaire

 

 

L'abeille charpentière ou xylocope

Rôle d'auxiliaire au jardin

Les abeilles solitaires pollinisent les fleurs que ne visitent pas les abeilles domestiques, elles complètent le travail de ces dernières. Elles sont d'autant plus précieuses qu'elles butinent dès le mois de mars, et pollinisent ainsi les premières fleurs des arbres fruitiers, assurant donc la réussite de la future récolte. De plus, certaines fleurs ne sont pollinisées que par les abeilles solitaires, par exemple, l'orchidée ophrys abeille qui n’est fécondée que par l’eucère, une abeille à longues antennes qui est la seule à se laisser duper par la ressemblance de la fleur avec une abeille.

Carte d'identité de l'abeille solitaire

Il existe plus de mille espèces d'abeilles sauvages, ou solitaires. Elles passent souvent inaperçues, comme l'osmie ou abeille maçonne, qui est velue, noire et rousse. Toutefois, ce n'est pas le cas de l'abeille charpentière ou xylocope, vous avez sûrement déjà vu dans votre jardin cette grosse abeille toute noire.
Ces abeilles solitaires ne vivent pas en société, comme leur nom l'indique, elles ne produisent non plus pas de miel.

Une abeille solitaire en pleine nidification

Les abeilles solitaires sont-elles dangereuses ?

Les abeilles solitaires sont tout à fait inoffensives, elles n'attaquent que si elles se sentent agressées, et si vous êtes piqués ne vous inquiétez pas, leurs piqûres sont tout à fait bénignes. Il arrive que certaines (les Andrena et Colletes) se regroupent et créent comme un essaim au beau milieu de la pelouse. Cela ne dure que quelques semaines au printemps, mais se reproduit tous les ans. Ne cherchez pas à les chasser, laissez-les tranquille et profitez-en pour les observer avec les enfants. Ne marchez pas pieds nus dans la pelouse, et si vous souhaitez passer la tondeuse, faites-le tôt le matin ou le soir.

Son habitat

Les abeilles solitaires recherchent de petites cavités pour y faire leur nid et pondre leurs œufs : ce peut être des galeries creusées dans le sol, des tiges creuses de plantes "à moelle", des trous dans du bois mort... Si elles n'en trouvent pas dans la nature, elles iront s'installer dans les trous d'aération des fenêtres.

Un abri à abeilles permet d'observer la constitution des nids

Son régime alimentaire

A l'état adulte, l'abeille solitaire se nourrit du nectar des fleurs qu'elle pollinise.

Son cycle de vie

Une fois la galerie repérée ou creusée pour la nidification, l'abeille solitaire y pond une petite dizaine d’œufs. Pour chaque œuf, elle dépose du pollen, de petits insectes et autres nourritures pour les futures larves, puis elle colmate le trou pour créer une loge fermée avant de pondre un autre œuf, et ainsi de suite le long de la galerie. L'abeille qui a pondu mourra avant la fin du développement de cette nouvelle génération.

Abri pour abeilles solitaires

Comment accueillir les abeilles solitaires dans son jardin

Un jardin pour l'abeille solitaire

Les abeilles solitaires voient leur milieu naturel disparaitre, et les lieux propices à leur nidification se raréfier (haies, près et bords de chemins fleuris). C'est pourquoi, il est important que chaque jardin puisse offrir à ces abeilles des fleurs à butiner, des abris et des nids pour leur descendance.
Commencez par bannir les insecticides, pesticides et autres produits chimiques de l'entretien de votre jardin.
Étalez les floraisons pour offrir du nectar le plus longtemps possible sur l'année. Évitez les variétés horticoles trop recherchées et les espèces introduites ; préférez les plantes indigènes aux formes simples (les fleurs doubles ont beaucoup moins de succès auprès des butineurs). Donnez une belle place aux plantes aromatiques qui attirent bon nombre de pollinisateurs, ainsi qu'à leurs "plantes préférées" : achillée, aster, marguerite, verge d'or, aubriète, giroflée ravenelle, corbeille d’or, épiaire, lamier jaune, lavande, serpolet, pois de senteur vivace, lupin, pulmonaire, campanule, sédum, cosmos, souci, tagète, coquelicot, digitale, réséda, crocus, scille, angélique, fenouil, menthe, origan, sauge, sarriette, thym, bourrache...

L'abri spécial abeilles solitaires

Oubliez le jardin tiré à quatre épingles, laissez la nature reprendre ses droits dans un coin reculé, laissez ces plantes dites "mauvaises herbes" s'y développer : berce, chélidoine, lierre terrestre, pâquerette, pissenlit, renoncule, tanaisie

Un abri pour l'abeille solitaire

Plantez des arbustes "à moelle" ou à tiges creuses, pour leur fournir des galeries où nidifier, tels que le sureau, le buddléia ou arbre à papillons, le weigélia, l'hydrangéa, le framboisier, le deutzia, la symphorine...
Installez un abri à abeilles solitaires. Ce type d'abri reproduit le diamètre des tiges creuses dans lesquelles les abeilles solitaires pondent. Il est fabriqué dans un bois issu de forêts gérées durablement (label FSC) et qui ne nécessite aucun traitement. Formé de plusieurs plateaux démontables, l'abri permet l'observation du travail des abeilles lors de la nidification, de l'éclosion des œufs et de leur développement larvaire. De quoi plaire aux enfants et les sensibiliser à la sauvegarde de ces précieuses alliées du jardinier !