Dossier

A n'en point douter, le gazon est un élément indispensable de notre décor puisqu'il est présent dans 84,5% de nos jardins, ce qui représente près de 639 000 ha. Sachant que 70% des pelouses françaises ont plus de dix ans d'existence, il est indispensable de bien connaître son gazon pour l'entretenir de manière satisfaisante.

Qu'est ce qu'un gazon?

Il s'agit d'un mélange de semences ou d'herbes sauvages régulièrement entretenues et qui forme ainsi un tapis dense et agréable. Dans la plupart des cas, le gazon est semé et il est sage de choisir le type de mélange de graines utilisé en fonction de la fréquence de l'entretien envisagé (il existe des gazons nains à pousse lente nécessitant moins de tontes par exemple), de la nature du terrain, du climat, de l'exposition et de l'usage (piétinement intensif ou non). La fréquence des arrosages ultérieurs est aussi à prendre en compte lors du choix du bon mélange. Ce dernier comporte le plus souvent une bonne proportion de Ray Grass, une herbe plutôt grossière et facile à vivre, mais à croissance rapide ce qui permet de verdir rapidement le terrain.

Semez votre pelouse

L'heure du choix

Lorsque vient le moment d'acheter vos graines, ne lésinez pas sur leur prix et surtout, portez votre choix sur un mélange ayant obtenu le Label Rouge, signe d'un "gazon de qualité". En effet, il s'agit là d'un investissement à long terme.

Quand semer ?

Les deux meilleures périodes propices au semis du gazon s'étalent de mi-septembre à mi-octobre, car le sol est encore chaud et frais et la concurrence des mauvaises herbes plus limitée, ou bien au printemps. Dans ce dernier cas, il convient d'assurer au jeune gazon des arrosages réguliers pour qu'il passe l'été sans problème. En revanche le résultat en terme de verdissement est alors plus rapide. il est aussi plus facile d'opérer (préparation du sol et semis) lorsque la terre est sèche et donc friable.

Les taupinières dans une pelouse la rendent très inesthétiques

Que faire des taupinières?

Si, par malheur, votre pelouse venait à s'émailler de superbes taupinières, envisagez une lutte rapide contre ces envahisseuses. Il existe de bons moyens modernes pour en venir à bout grâce à des systèmes à pétards fichés en terre. En attendant, évacuez la terre des monticules qui est idéale pour faire ses rempotages saisonniers, mais néfaste pour le passage de la tondeuse.

Et si la pelouse existante est en piteux état ?

Deux solutions s'offrent à vous. La méthode la plus drastique consiste à décaper la pelouse existante, ameublir la terre puis ressemer un nouveau gazon. Sinon, par des soins assidus, vous pourrez aussi récupérer une pelouse fatiguée. Commencez par en éliminer la mousse par un épandage de produit spécifique. Passez ensuite sur toute la surface un scarificateur qui éliminera les nombreux débris végétaux qui se sont accumulés et empêchent l'aération de l'herbe par feutrage. Ressemez ensuite aux endroits les plus abîmés du gazon spécial dit "de regarnissage", terreautez puis tassez avant d'arroser abondamment. Le sol doit rester frais jusqu'à la levée régulière des graines. En fin de printemps, songez à appliquer un désherbant sélectif pour éradiquer les mauvaises herbes. Tondez très régulièrement, trois fois par quinzaine, pour favoriser progressivement un tapis moelleux. Arrosez puis apportez un engrais rénovateur pour maintenir l'herbe en forme.

Quand tondre la pelouse ?

La tonte est une opération indispensable d'avril à octobre. Elle permet d'obtenir un tapis végétal dru et moelleux. Procédez lorsque la pelouse est bien sèche. Tondez tous les 4 à 5 jours au printemps et en automne, lorsque le gazon est très poussant; réduisez la fréquence en été. Réglez la hauteur de coupe de façon à tailler au maximum le tiers de la hauteur du brin pour ne pas affaiblir le gazon.

Comment empêcher la pelouse de jaunir ?

Si vous avez négligé l'arrosage et les tontes, le gazon réagit vite en devenant jaunâtre. Il est temps de réagir, tout d'abord en l'arrosant abondamment. En été, veillez à assurer 2 arrosages par semaine. N'oubliez pas non plus un apport d'engrais spécifique au moins deux fois l'an : au printemps puis en automne. Choisissez une formulation à diffusion lente, plus onéreuse mais très efficace.

Et la mousse ?

Témoin d'un sol compacté, asphyxié et humide, la mousse se propage surtout durant la mauvaise saison et peut enrayer la bonne croissance des herbes constituant le gazon. Commencez par employer un produit anti-mousse pour les éliminer puis pensez à aérer le gazon à l'aide de patins aérateurs à fixer aux chaussures, d'un aérateur mécanique ou encore d'un scarificateur. Dans ce dernier cas, le volume des éléments à évacuer est impressionnant. Au besoin, épandez ensuite un peu de sable grossier pour parfaire le drainage.

Philippe Ferret