L'attrait d'un jardin naturaliste, parfaitement adapté aux exigences du jardinier contemporain, réside dans l'obtention de scènes d'aspect naturelles, demandant peu d'entretien et décoratives une bonne partie de l'année. Ces scènes s'intègrent dans tous les environnements. Quelles sont les préconisations pour réussir un tel challenge ? Voici 14 pistes à explorer sans retenue…

Choisir les bonnes plantes

1- Choisissez des plantes pour la plupart vivaces, capables de se naturaliser rapidement, tout à la fois rustiques, vigoureuses, insensibles aux maladies et ne nécessitant ni tuteurage, ni traitements antiparasitaires.

2- Privilégiez les plantes les plus naturelles possible afin d'attirer une faune et microfaune abondante : plantes à structure hivernale servant de gîte, fleurs simples riches en nectar et pollen afin d'attirer les insectes pollinisateurs, nombre de graminées et d'ombellifères. Ainsi, bannissez les plantes très améliorées, horticoles et donc peu efficientes en termes d'écologie.

3- Limitez l'emploi, à proximité, des plantes ligneuses (arbre ou arbustes). En effet, elles provoquent une concurrence racinaire et un ombrage peu compatibles avec les plantations d'espace libre, naturellement résistantes à l'insolation, les frimas et le vent.

Attirez les insectes pollinisateurs dans votre jardin naturaliste

4- Incorporez des plantes vivaces bulbeuses à floraison printanière entre les souches de plantes vivaces. Ainsi, vous bénéficierez de floraisons hâtives pour attendre l'apogée de floraison des plantes vivaces prédominantes, en été et jusqu'en automne.

5- Sélectionnez des plantes qui fanent bien et conservent longtemps, jusqu'au cœur de l'hiver une structure décorative, magnifiée par la rosée, le givre voire la neige: miscanthus, véronicastrum, eupatoires, astilbes

6- Privilégiez une grande diversité d'espèces, sélections et variétés sans pour autant obtenir un effet trop pointilliste.

7- Pensez aux vivaces vigoureuses, à la stature haute, dominante et foisonnante, aptes à replonger tout un chacun dans des sensations enfantines, lorsque la végétation nous submergeait avec bienveillance: eupatoires, miscanthus, pigamons, maclaeya, hélianthus

Les vivaces dont les graminées sont les plantes vedettes d'un jardin naturaliste

8- Saupoudrez d'une dose de plantes volages et vagabondes, surtout annuelles et/ou bisannuelles, qui sauront se naturaliser à leur guise par semis. Elles insuffleront ainsi une certaine fantaisie et permettront de faire évoluer ces scènes au fil des ans.

Plantez sans vous planter !

9- Employez en grandes masses ou en leitmotiv des graminées sélectionnées. Elles vous serviront de trame, permettant ainsi d'unifier l'ensemble d'un grand massif tout en instillant une atmosphère naturelle.

10- N'installez pas forcément les plantes les plus basse en avant-plan (dessinez des "coulées vertes" ou fleuries) et les plus hautes en arrière plan. Dans ce dernier cas, les espèces à silhouette transparentes (plante - vitrail) s'avèrent précieuses. Usez ainsi des verveines de Buenos Aires (Verbena bonariense), du fenouil bronze, des molinies (graminées) …

11- Ponctuez l'espace de sujets au port dressé tels que molènes (Verbascum sp. et cv.), calamagrostis élancés à placer tels des points d'interrogation, des vigies, des sentinelles.

Le paillis rend bien des services au jardinier naturaliste

12- Ménagez des passages étroits parmi la végétation (des "couleuvrées"). Ceci permettra non seulement un entretien plus aisé, mais aussi de découvrir au plus près la vie animale que procure une telle végétation et profiter à loisir de la beauté des fleurs et des plantes.

Bien gérer l'entretien

13-Epandez systématiquement un paillis organique (paille broyée, paillettes, broyats…) ou minéral (gravillons, sable grossier de rivière…) entre les touffes afin de limiter les mauvaises herbes et les arrosages ainsi que, de fait, l'entretien reste minime. L'aspect esthétique en toute saison sera aussi rehaussé.

14- Ne ratiboisez pas toute la végétation en automne et laissez volontairement sur pied les plantes les plus vaillantes comme les Phlomis russeliana, les eupatoires, les cardons, attrayantes par leur silhouette hivernale. Il sera toujours temps, en fin d'hiver, de les couper, broyer et épandre ce produit sur place afin de renforcer l'effet d'un indispensable paillis.

Philippe Ferret

Crédit Photo : Le Jardin Plume