Lorsque les températures sont variables, que des coups de froid sont encore à craindre, les semis en pleine terre ont la vie dure. Certaines graines ne germant que grâce à un minimum de chaleur, il devient primordiale de les couvrir d'un tunnel plastique. La démonstration en vidéo.

Semer sous tunnel

Le tunnel plastique représente un moyen économique de protéger les cultures de pleine terre et de favoriser la germination de vos légumes. Il en existe différents modèles : tunnel constitué d'une armature d'arceaux métalliques ou plastiques, fichés en terre tous les 50 cm et recouvert d'une bâche plastique souple, transparente ou translucide, bien tendue, ou simple tunnel de plastique rigide présentant une ouverture amovible à chaque extrémité. Les tunnels en PVC sont plus chers mais offrent un meilleur effet de serre, certains films sont perforés de petits trous pour une bonne circulation de l'air, limitant les brûlures sur les végétaux mais perdant en chaleur.

Les vidéos des experts
Semer sous tunnel

Que ce soit à la fin de l'été ou au début du printemps, les journées et les nuits peuvent être très belles, comme maussades voire glaciales. Dans ces conditions, les légumes sont stressés, ils ont du mal à germer et à s'épanouir. Seuls quelques degrés suffisent pour passer de la réussite d'une germination à son échec, et inversement.
Sur les plants en place (laitue, melon), utilisez de petites cloches de protection, en verre ou en plastique. Dès qu'il s'agit d'un semis en ligne, il faut utiliser des tunnels de forçage en plastique, soit de longs tunnels souples avec des arceaux métalliques, en plastique ou en bambou recouverts d'une bâche transparente, soit des tunnels rigides légers et très pratiques à installer. Grâce à ces tunnels faciles à déplacer, on peut aérer les cultures sous le tunnel très facilement le jour et les couvrir le soir.

Couvrez d'un tunnel de forçage votre ligne de légumes fraichement semée après l'avoir arrosé. Par beau temps, laissez les aérations ouvertes, fermez-les le soir venu pour garder la chaleur. Attention toutefois que les plantes ne soient pas brûler par la chaleur qui monte vite sous les tunnels. Gérez bien la ventilation, par temps doux n'hésitez à soulever le tunnel ou relever la bâche ; à l'inverse par temps froid, fermez bien le tunnel.