Secrets de clématites

Elles sont craquantes vous l'avouerez , ces clématites qui ont longtemps donné du fil à retordre à plus d'un jardinier. Grâce à une meilleure compréhension de leurs exigences, voici les clés pour réussir la culture de clématites.

Devant l'incroyable diversité de ce genre botanique, l'amateur peut être perplexe quant à adopter une culture identique pour toutes les espèces et variétés de clématite. Dans leur grande majorité, fort heureusement, les clématites apprécient les terres souples et très bien drainées. Dans un sol lourd il est donc toujours profitable d'étaler au fond du trou de plantation un copieux lit de tessons de pots ou de gravillons puis à mélanger à la terre de remblai des gravillons ou du sable grossier de rivière. Plus que tout en effet, les clématites ont horreur de l'humidité stagnante au niveau de leurs racines. D'où l'idée simple à mettre en pratique de placer auprès de la touffe une plante basse (une lavande par exemple) qui absorbera l'excès d'eau tout en abritant la base du pied. Rappelons en effet que ces grimpantes aiment à pousser le pied à l'ombre et la tête au soleil. Mieux vaut donc ne pas submerger le pied de ces belles précieuses par des arrosages abondants. Une clématite plantée en terre montre en fait une étonnante résistance à la sécheresse.

Soignez la plantation de la clématite

Après l'achat, ne tardez pas à planter vos clématites et, en cas de motte desséchée, de tremper cette dernière dans un seau d'eau pour humecter le compost. Creusez un trou profond et large de deux à trois fois la hauteur de la motte. Assurez-vous d'un bon drainage (voir ci-dessus) et incorporez à la terre de remblai de la matière organique bien décomposée (terreau, compost) ou du fumier déshydraté + de l'engrais à libération lente type Osmocote. Enterrez profondément la motte de façon à enfouir la base des branches. Tassez, arrosez et prévoyez une cuvette d'arrosage.

La taille simplifiée de la clématite

Voilà un problème habituellement épineux tant les clématites sont nombreuses et diverses. La méthode éprouvée consiste à tailler systématiquement court (à environ 30 cm) et chaque année un tiers des branches de chaque pied. Le tout est de savoir quand pratiquer cette taille. C'est en fait simple, vous l'effectuerez juste après la floraison pour les clématites de printemps du type montana, armandii, alpina et macropetala. Pour les autres, attendez simplement le repos hivernal. Notez que les clématites les plus envahissantes telles que les montanas et armandii ne souffrent guère d'un rabattage drastique juste après la floraison. Elles repoussent ensuite vigoureusement.

SOS clématite !

Si par malheur vous constatiez qu'une de vos clématites venait à souffrir d'apoplexie (flétrissement total et inopiné), retenez-vous d'arroser en abondance. Au contraire, vous lutterez contre l'attaque de ce champignon qui pénètre dans et bouche la base des tiges en maintenant un régime sec. Avec moult précautions, retirez la terre en surface (sur 20 à 30 cm de rayon et de profondeur). Laissez sécher quelque peu puis rebouchez avec une terre de jardin saine et enrichie comme précédemment avant de reprendre progressivement des arrosages sporadiques. Il n'est pas rare de voir repousser en juin de l'année suivante un pied que l'on croyait perdu à jamais.