Indispensable à la cuisine, l’oignon se cultive aussi facilement s’il est de couleur que s’il est blanc. Procurez-lui lors de sa plantation une terre légère et bien drainée, du soleil, donnez-lui les moyens de résister à ses ennemis, et vous n’aurez plus qu’à le récolter pour profiter au long des saisons de ses saveurs et de ses vertus.

Réussir les oignons en 4 étapes

1- Une plantation idéale...

Les oignons se plaisent dans les terres légères, plutôt calcaires. En sols argileux, une culture sur butte est conseillée, les oignons n’apprécient pas du tout les excès d’humidité. C’est une bonne chose si le sol a été enrichi au moins un an avant, par contre une fertilisation récente provoque le pourrissement des bulbes, préférez un engrais de fond. Plantez les oignons au printemps (février avril) si vous voulez une récolte en été (septembre à novembre), ou en automne (juillet à octobre) pour une récolte au printemps suivant (mars à avril). Dans les régions à hivers froids dans lesquelles les -10° sont atteints, préférez une plantation au printemps, les oignons ne supportent pas des températures aussi basses.

Un bon espacement : laissez au moins 15 cm entre chaque plant et 35 cm entre les lignes. Les bulbilles sont enfoncés presque entièrement dans le sol, le germe vers le haut qui affleure à peine à la surface.

Les vidéos des experts
Planter les oignons

2- …ou bien un semis parfait

Le semis en pleine terre est difficile, car les oignons germent assez lentement et ils craignent beaucoup la concurrence. Le désherbage est de ce fait absolument indispensable et doit être régulier, sous peine de n’avoir que des bulbes maigrichons. La méthode du semis en terrines, ou même en jardinières est plus simple.
Les semis de printemps se réalisent entre février et avril, les semis d’automne entre août et septembre. Pour laisser les bulbes se développer, réalisez un éclaircissage après la levée. Lorsque le plant fait environ 5mm de diamètre (environ 1 mois et demi à 2 mois après le semis), ils sont repiqués en place, aux mêmes distances de plantation que les bulbilles.
Les semis faits en automne seront repiqués en octobre et novembre, sauf en régions plus froides où il faudra attendre le mois de février.

Les vidéos des experts
Semer les oignons

3- Un entretien soigné

Les semis sont arrosés régulièrement jusqu'au repiquage, puis le temps qu’ils démarrent, surtout pour les plantations en périodes sèches.
Ensuite, très peu, voire pas du tout d’arrosage. Les excès d’humidité sont à proscrire, faisant pourrir les bulbes et empêchant la bonne conservation des survivants. Un feuillage sec est de toute façon signe que les bulbes sont mûrs, à moins que vous ne récoltiez les oignons primeurs, les oignons blancs sont délicieux frais, alors que le feuillage est encore vert et que les bulbes n’ont pas atteint la maturité. Les années humides, le feuillage ne sèche pas, on peut alors coucher les tiges au sol pour aider les bulbes à maturer.

4- Protégez-les de leurs ennemis

Les oignons jaunes et rouges sont très sensibles au mildiou et une fois que la maladie a commencé à se développer, toute la récolte est menacée. En région plutôt humide et chaude l’été, ou bien en sol lourd, pensez à bien espacer les bulbes à la plantation. Appliquez un traitement préventif après une période pluvieuse durant l’été.
La mouche de l’oignon sévit lorsqu’il fait chaud et sec. Ses larves sont pondues dans les bulbes des oignons dont elles vont se nourrir. En prévention, il semblerait que le persil éloigne la mouche de l’oignon. Intercalez-en des pieds dans vos rangs. Une bonne rotation des cultures en évitant de planter des oignons sur une planche où des alliacées ont été plantées jusqu’à 3 ans avant. Si l’infestation commence, arrachez et détruisez immédiatement les pieds atteints et traitez avec un insecticide biologique.

5- Enfin la récolte, en douceur

Effectuée par temps sec, les bulbes arrachés du sol seront laissés sur place pendant 2 jours, prévoir donc une période sèche. Attention à ne pas les blesser lors de l’arrachage, la moindre plaie peut provoquer la pourriture.
Ils sont ensuite stockés dans un lieu aéré, sec et à l’abri du gel. Il est possible de les tresser pour en faire des bottes à suspendre ou bien de les étaler dans des cagettes. Les fanes sont laissées pour que l’aération soit encore plus efficace.