Avec l'approche de l'été, les envies de bassin ou de plan d'eau luxuriant, rafraîchi d'une cascade ou d'un jet d'eau, se font pressantes. Avec les matériaux dorénavant disponibles, et en particulier les liners ou membranes en caoutchouc, il est très facile d'implanter un plan d'eau, petit ou grand, dans chaque jardin.

Réussir l'équilibre pour son jardin aquatique

Encore convient-il de bien concevoir ce projet pour ne pas être confronté avec des proliférations d'algues intempestives ou une eau trouble peu engageante. Ce n'est pourtant pas une fatalité et il suffit de tenir compte de certains préceptes pour profiter tout à loisir d'une véritable oasis au cœur de son jardin.

Maintenir un bon équilibre biologique

En construisant un bassin, vous devrez être conscient des interactions du nouveau milieu ainsi constitué. Par la photosynthèse, les plantes absorbent pour croître des éléments minéraux et rejettent de l'oxygène par le procédé de photosynthèse et la transformation de l'énergie lumineuse. Dans l'eau, les éléments nutritifs sont divers: éléments organiques (débris végétaux et animaux, déjections des poissons) sans compter l'excédent d'une nourriture trop riche apportée aux poissons.
Le cycle de transformation de ces déchets est immuable. La décomposition dégage de l'ammoniaque qui est transformée par les bonnes bactéries en nitrates. Ces nitrates sont ensuite transformés par d'autres bactéries en nitrites qui sont eux directement assimilables par les plantes. Bien sûr chaque élément de la chaîne est important et ne doit pas être sous ou sur abondant. L'emploi de produits biologiques par ensemencement de bactéries, s'il est bénéfique lors de la première mise en eau, ne solutionne malheureusement pas à long terme les déséquilibres ultérieurs.

Les dix secrets pour obtenir un bassin sain

1- Choisir un emplacement approprié. En effet, un emplacement bien ensoleillé est propice à la floraison abondante des plantes aquatiques et, en particulier, des nénuphars et des lotus. Vous éloignerez donc le bassin des grands arbres et arbustes car ceux-ci sont susceptibles de polluer l'eau par leurs feuilles mortes à l'automne.

2- Dans un petit bassin, il est plus difficile de maintenir l'équilibre biologique car le volume d'eau disponible est rapidement réchauffé à l'excès en été et pris en glace en hiver. Employez une pompe pour l'oxygénation nécessaire aux plantes et aux poissons (elle alimentera une cascade ou bien un jet d'eau) et un filtre biologique pour l'épuration de l'eau. Éventuellement, doublez-le d'un filtre à rayons ultraviolets.

3- Lorsque vous venez de finir l'installation et le remplissage d'un nouveau bassin, ne vous hâtez pas pour introduire plantes et poissons. Attendez une bonne semaine pour ce faire. D'une part celà permet à l'eau du robinet de se décanter et de perdre par évaporation naturelle son chlore, mais également l'eau aura ainsi commencé à bien se réchauffer.

Nénuphar envahi de lentilles d'eau

4- Installez des plantes aquatiques uniquement lorsque l'eau est suffisamment réchauffée au printemps. Sinon, elles bouderaient immanquablement et seraient entre temps une proie facile pour les poissons. De même, lorsque vous implantez un pied de nénuphar, plongez-le par paliers à la profondeur requise selon la variété. Il profitera alors de plus de lumière et de chaleur pour s'acclimater.

5- Intégrez des plantes oxygénantes en abondance. Ce sont des plantes foisonnantes qui vivent entre deux eaux et qui, par leur abondant feuillage produisent de l'oxygène, ce qui contrecarre ainsi la prolifération des algues. De plus elles servent de nourriture et de gîte pour le poisson lors du frai (la période de reproduction). Ces plantes peu onéreuses sont vendues par petits bouquets qu'il suffit de laisser tomber dans l'eau. Ce sont par exemple les myriophylles, l'élodée, les cératophyllums...

6- Lorsque vous souhaitez installer une nouvelle plante aquatique, prenez garde de ne pas introduire de lentille d'eau dans votre bassin. Vous ne pourriez bientôt plus vous en départir tant elles poussent rapidement. Inspectez et, au besoin, lavez les plantes nouvelles. S'il le faut mettez-les en quarantaine dans un seau.

7- Respectez les profondeurs optimales d'immersion pour chaque espèce ou variété. En effet, en fonction de chaque plant et même de variété de nénuphar par exemple, la profondeur de plantation conseillée peut varier de plus d'un mètre à quelques centimètres. Dans le cas d'une mauvaise profondeur, les plantes peuvent tout simplement dépérir.

Une berge champêtre à reproduire chez soi

8- N'obstruez pas l'eau par une forte densité de nénuphars car ils sont plus beaux isolés les uns des autres. L'espacement est de plus fonction de la vigueur de chaque variété. Une couverture de 60% de la surface est idéale. Les nénuphars sont toutefois de grande importance pour ombrer l'eau et ainsi empêcher le liquide de surchauffer en été.

9- Les nénuphars aiment bien l'eau calme. Entre eux et un jet d'eau, il faut choisir ! tel est le cas également de la plupart des plantes flottantes ou émergées. Les végétaux de berge sont beaucoup moins sensibles à ce paramètre.

10- La végétation des berges est luxuriante du fait de la conjonction chaleur / humidité. Pour pallier à toute infestation de mauvaises herbes par semis naturels ou multiplication végétative (stolons), désherbez et préparez consciencieusement les massifs et surtout épandez sans attendre un épais paillis sur la terre nue.

Philippe Ferret