- La potasse est très utile au développement des fleurs, des fruits, des légumes fruits et des légumes racines et la teneur en potasse des cendres est assez élevée, rien de tel donc pour doper gratuitement les vivaces et les arbres fruitiers. Épandez-en une poignée autour des touffes dans vos massifs et aux pieds de vos fruitiers au printemps, et au pied des agrumes à l’automne, et griffez la terre pour l’enfouir un peu.

- La silice renforce la résistance des végétaux face aux maladies.

- La cendre est aussi très riche en calcium, ce qui va donc la rendre utile pour amender les terres trop acides. De ce fait, les plantes de terre de bruyère n’apprécient pas l’apport de cendres.

- La cendre sur du gazon va favoriser l’action des micro-organismes et des lombrics, réduisant ainsi la stagnation de l’eau et donc la prolifération de la mousse.

- La cendre est couramment utilisée pour empêcher les limaces et escargots d'approcher des jeunes et tendres plants dont ils sont friands. Cette méthode n’est que partiellement efficace, car la pluie va soit créer une croûte de cendre que ne craindront plus les gastéropodes, soit lessiver le sol, et il y aura inévitablement un surdosage de cendres dans le sol.

 

À savoir :

N’utilisez pas les cendres de bois ou de végétaux traités, et bien sûr de bois vernis ou peints, ni de contreplaqué, bois composite et autres OSB, sous peine de répandre des produits toxiques au pied de vos plantations !

Une fois la cendre refroidie, tamisez-la. En effet, les gros morceaux ne pourront pas être assimilés par le sol. Si vous n’utilisez pas toute la cendre disponible, vous pouvez la stocker dans un récipient étanche une fois tamisée.

Certaines cendres sont meilleures que d’autres : les cendres des feuillus sont plus riches que celles des résineux.

Pas d’excès quand même dans l’épandage de la cendre, qui pourrait se révéler nocif en interrompant l’assimilation du fer et du magnésium. La bonne dose est de 70g à 100g par m2 et par an, soit l’équivalent de deux grosses poignées.