Alors que l'hiver fait encore des frasques, le jardinier, comme un athlète dans les starting-blocks attend les premiers beaux jours avec impatience. Pour autant, il peut en ces jours sombres prendre de l'avance afin de profiter sans stress du printemps à venir. Dès lors, la frénésie jardinière n'en sera que plus jubilatoire si vous disposez de temps pour profiter pleinement de votre lopin de terre.

Nettoyages préventifs

Si le sol est envahi de mauvaises herbes bisannuelles opportunistes telles que véronique, fumeterre ou capselle, désherbez-le manuellement et portez ces déchets sur le tas de compost. Pourquoi donc se priver de cette manne chlorophyllienne et gratuite ? Pratiquez le faux semis sur les grandes parcelles.

Pansez votre sol

Envisagez votre sol comme un investissement à long terme. Plus vous lui prodiguerez d'attentions et plus il vous le rendra. Inutile cependant de le triturer et bêcher à outrance. Préférez l'usage d'outils peu invasifs tels que rotogriffe ou bien grelinette pour le décompacter au sortir de l'hiver, par temps pas trop humide et lors d'un redoux.

Epandez ensuite une bonne rasade de compost mur, en surface et confiez son incorporation lente, mais efficace, aux vers de terre. Veillez simplement à ne pas recouvrir, emprisonner de la sorte un sol gelé ce qui serait catastrophique au printemps. Afin d'encourager le réchauffement de la terre, couvrez-la éventuellement d'un voile de forçage ou, mieux, d'une bâche sombre type paillage biodégradable.

Mes graines sont elles encore viables ?

Fourbir ses armes

Recensez vos semences et, au besoin, testez la germination des plus anciennes, sur de la ouate humide. Classez-les par dates de semis afin de gagner du temps, dans une boîte hermétique. Commandez sans plus attendre les variétés manquantes. Au besoin, préparez à l'avance les étiquettes correspondantes.
Assurez-vous de disposer des produits indispensables pour votre activité printanière: sacs de substrat, engrais, étiquettes… Pour plus tard, inspectez et/ou désinfectez les tuteurs, filets à ramer…

Vérifiez le bon état des petits tunnels horticoles (souples ou rigides) à installer bientôt. Nettoyez vos outils et révisez/remplacez les manches en bois (brossage au papier de verre puis passez au pinceau de l'huile de lin). Affûtez, aiguisez, apprêtez (graissage) les outils de coupe (sécateur, greffoir, serpette…).

Les plantations de bulbes

Mettez en terre, en planche surélevée (billon) si le sol est lourd, l'ail rose, l'oignon blanc de Mulhouse et les échalotes diverses. Procédez lors d'un redoux (sol non gelé) et par temps plutôt sec. Ne les enfoncez pas à l'excès. Vous devez pouvoir les enfoncer à la main, dans une terre souple et très drainante.

Pour vous aider, suivez nos conseils sur la plantation de l'ail, la plantation des bulbilles d'oignon et la plantation de l'échalote.

 

Prenez de l'avance sur le printemps en semant en intérieur

Les semis précoces

A l'abri et avec une chaleur de fond, à la lumière, commencez les semis de légumes primeurs et les frileux et de cycle végétatif long. Toutefois, veillez à ne pas semer trop tôt au point de risquer quelque embouteillage lorsque les repiquages devront attendre la fin des dernières gelées.

Voici un aperçu des légumes à semer à chaud sous châssis ou en serre peu chauffé dès février ou bien dehors sous tunnel dans le Sud :

- En place : semez les carottes hâtives courtes à forcer, les navets et radis hâtifs à forcer ;
- En terrines : semez les laitues, céleris raves, choux cabus, choux-fleurs hâtifs, poireaux ;
- En serre chaude ou à la maison début février dans le Midi, fin février-mars au Nord : semez les melons, piments, poivrons, tomates, physalis et coqueret, cardons, pépino ou melon-poire.

Dans le Midi en pleine terre et sans protection ou simple voile protecteur

- Semez les carottes hâtives, les salades, laitues et scaroles diverses, les épinards, la fève, les pois et poireaux, la poirée à carde de Nice, les betteraves et les radis.
- Plantez aussi les oignons de couleur.

Philippe Ferret