Dans notre société actuelle, on ne cesse de rechercher des aliments sains, aux conditions de cultures contrôlées, sans pesticide, herbicide et autres produits chimiques polluants. Comment cultiver des légumes dans le respect de l'environnement, et retrouver les saveurs d'autrefois ? Voici tout ce que vous devez savoir pour réaliser votre potager bio !

Mihaho - Fotolia

Sommaire

Principes essentiels d'un jardin bio

Aucun produit chimique, bien choisir graines et plants, économiser l'eau, favoriser les rotations

Un sol riche et sain

Miser sur le compost, neutraliser le sol

Un sol travaillé raisonnablement

Respecter la faune du sol, débroussailler pour la première fois, préparer la terre

Des cultures protégées et soignées

Prévention des attaques et des maladies, décoctions maison

 

Principes essentiels d'un jardin bio

Pas de produits chimiques de synthèse

Préférez les recettes maison comme le compost pour fertiliser le sol, ou les purins et autres décoctions de plantes pour protéger vos cultures des nuisibles. Pour ceux qui ne peuvent faire leurs propres composts ou purins, vous trouverez dans le commerce aussi des produits respectueux de l'environnement.

Lisez nos fiches conseils sur le compost et les décoctions, macérations, infusions, purins...

Le panais, un légume ancien à redécouvrir !

Bien choisir les graines et plants

Cultivez de préférence des variétés locales et résistantes aux maladies les plus courantes. Elles sont le mieux adaptées à votre sol et demandent moins d'interventions de votre part (engrais, apport d'éléments spécifiques pour éviter les carences).
Misez sur les variétés anciennes pour leur goût : topinambour, panais ou rutabaga... Ne négligez pas pour autant les graines hybrides. Elles donnent des fruits ou des légumes qui se conservent mieux. Et cultivées en sol argileux, ces variétés hybrides développent toute leur saveur.

Lisez notre dossier sur les légumes oubliés ou anciens
Retrouvez dans notre catalogue, toutes nos plantes potagères et officinales anciennes.

 

Économisez l'eau

Un arrosage raisonné respecte votre sol, votre porte-monnaie, et la planète par la même occasion. Quelques règles clé:
- L'arrosage s'effectue à différents moments de la journée selon la saison.
- Il est préférable de biner régulièrement que d'arroser trop souvent.
- Un bon paillage du sol limite l'évaporation de l'eau.

Retrouvez tous ces conseils dans nos fiches : Gestion de l'eau, Récupération de l'eau de pluie ou encore Paillage

 

Favoriser les rotations

La rotation des cultures a de multiples avantages. Les ressources de votre sol sont équilibrées par une alternance de culture de plantes aux besoins différents, les problèmes de carence sont bien moindres.
Cette technique clé au potager permet également d'éviter la propagation de maladies, l'invasion de nuisibles ou la colonisation par des mauvaises herbes.

Consultez notre fiche conseils Rotation des cultures pour plus de détails.

 

Retour au sommaire

Un bon compost enrichit votre sol

Un sol riche et sain

Dans un potager, l'élément principal est le sol. Support des cultures, il apporte tout ce dont les plantes potagères ont besoin pour se développer et offrir au jardinier une récolte de qualité et à rendement intéressant. Ainsi, soigner son sol c'est soigner ces légumes. Pour une bonne récolte, assurez-vous que la terre de votre potager soit :
1. Fertile
2. Neutre, ou légèrement acide ou calcaire

1. Pour un sol riche, misez sur le compost.

Un bon compost est enrichi par des apports variés : des déchets du jardin (tonte, branches, feuilles, fleurs fanées, écorces, pailles...), des déchets de cuisine (épluchures, fruits et légumes gâtés, coquilles d'œufs, pain, croutes de fromage...) et des déchets de la maison (papier essuie-tout, cendres de bois, plantes d'intérieur...).

Retrouvez dans notre fiche conseils sur le Compost : les matières compostables et non compostables.

 

Si vous n'avez pas la possibilité de fabriquer votre propre compost, vous trouverez dans le commerce des amendements organiques, et des engrais organiques (corne torréfiée, plumes hydraulisées) de très bonne qualité.

Lisez notre dossier sur les matières fertilisantes

 

2. Pour un sol neutre

Apportez aux sols acides des amendements calcaires (dolomite, algues marines). Les sols calcaires perdront de leur alcalinité par un apport régulier de fumier ou d'engrais du commerce, qui stimule leur activité minéralisante.

Retour au sommaire

Ne négligez pas le travail des vers de terre

Un sol travaillé raisonnablement

La qualité d'un sol repose sur sa faune

Ses petits habitants (vers de terre, fourmis, larves et autres insectes) transforment les engrais et autres amendements fertilisants en éléments nutritifs assimilables par les plantes. Pour ne pas bouleverser cette vie souterraine, ne travaillez le sol que sur 25 cm de profondeur, une profondeur qui correspond à la couche de terre arable. Au-delà de ces 25 cm vous touchez à la couche inorganique du sol et risquez de la mêler à la couche organique. Le choix des outils a donc aussi son importance.

Lisez notre dossier sur nos amis les vers de terre

 

Pour un premier débroussaillage

...d'une terre laissée aux plantes sauvages, utilisez une fourche bêche ou une houe rotative mécanique (type rotavator) pour une grande surface. Pour déraciner les mauvaises herbes, bêchez avec une houe qui coupe au ras du sol et vous aide à arracher les plantes les plus coriaces, comme le chardon ou le rumex. Ayez recours à un croc (muni de 3-4 dents métalliques) pour éliminer les adventices envahissantes comme le liseron, le chiendent ou l'amarante.

Pour en savoir plus sur le désherbage au naturel, lisez notre fiche conseils.

 

Enfin préparez la terre

Une terre sableuse est légère, et travaillée à la fin de l'hiver - début du printemps, soit environ 3 semaines avant les premiers semis. Retournez-la en profondeur avec une fourche à bêcher et désherbez manuellement en vous aidant d'un râteau.
Les sols lourds, donc riches en argile, sont travaillés en automne. Retournez le sol en profondeur à l'aide d'une fourche à bêcher et aérez-le avec une grelinette. Le but est de briser et d'ameublir ces sols compacts. Les sols limoneux ont tendance à se tasser en surface, on cherchera à l'aérer le plus possible avec une fourche à bêcher.

C'est au moment du bêchage que l'on incorpore les matières organiques nécessaires au sol.

Lisez la fiche conseils Connaitre son sol, où sont précisés les engrais à ajouter en fonction de votre type de sol.

 

Votre sol est maintenant prêt à recevoir semences et plants à repiquer.

Pour tout savoir sur les différentes méthodes de semis, consultez notre fiche conseils : Semis
Pour connaitre les dates de semis et de récoltes, consultez le calendrier des semis au potager.

 

Retour au sommaire

Fabriquez votre purin d'orties vous-même

Des cultures protégées et soignées

En éco-jardinage, les maladies et autres invasions de ravageurs sont anticipées

Le jardinier bio mise sur la prévention des maladies. Dans cette optique, le respect des conditions de culture est le premier maillon. Puis vient l'observation minutieuse des cultures, le piégeage des insectes et la surveillance de leur population. Naturellement, un équilibre se crée. Par exemple, on observe que l'augmentation du nombre de coccinelles va de pair avec celle du nombre de pucerons. Pour aider votre jardin à atteindre cet équilibre, favorisez la présence des insectes auxiliaires dans votre potager en leur créant des zones d'accueil dans le jardin : haie champêtre, mare, coin d'herbes sauvages, prairie fleurie, abris spécifiques aux insectes.

Lisez nos fiches conseils sur la lutte biologique : les auxiliaires du jardin ; la biodiversité de votre jardin ; la prairie fleurie
Ainsi que nos dossiers : Les auxiliaires biologiques : nos alliés contre les nuisibles ; Les amis insoupçonnés du jardinier ; Chambres d'hôtes pour insectes

 

Traitez vos plantes avec des décoctions maison.

Utilisées en préventif comme en curatif, les purins, et autres infusions gardent en eux les propriétés des plantes dont ils sont extraits. Ainsi, une décoction de prêle élimine les maladies les plus courantes de champignons, le purin de pissenlit stimule la croissance des plantes, une infusion de valériane les protège des gelées, etc.

Trouvez les recettes sur la fiche conseils : Décoctions, macérations, infusions, purins...