Qu'il s'agisse d'un muret de soutènement, de séparation ou bien d'un mur classique en pierre, il peut être intéressant de végétaliser ces parois verticales et ainsi habiller de fleurs colorées leur rigueur minérale. Pour ce faire, quelques tournemains, des astuces et un choix de plantes bien choisies vous seront précieux.

Des lieux insensés

Fleurir des parois minérales peut paraître incongru pour qui n'a pas observé les facéties de la nature. En restant attentif, on s'aperçoit bien vite que de nombreuses plantes indigènes sont capables de pousser d'un rien de terre, dans des positions on ne peut plus acrobatiques. Tel est le cas tout naturellement sur certaines ruines ou murs anciens qui n'en restent pas moins solides et oh! combien moins austères.

Dès lors, les assemblages de pierres sèches ou bien les murs montés au mortier de terre seront des refuges idéaux. Il suffira bien souvent de retirer une pierre de-ci, de-là, sans compromettre pour autant la solidité, la stabilité de l'ensemble et de truffer ainsi le mur de jeunes plants prometteurs.

De même, si vous escomptez construire un mur ou muret "en dur", rien ne vous empêche de prévoir, lors du montage, des poches propices à la croissance de plantes dédiées. Alors, prévoyez des niches comportant une pierre oblique qui déborde quelque peu pour tout à la fois retenir un peu de terre et collecter des gouttes de la pluie du ruissellement verticale.

La ruine de Rome

Vous pourrez également installer ces mêmes plantes au faîte des murets d'où elles retomberont en superbes festons.

Des plantes adaptées

Remarquez, lors de vos promenades, comme il est facile à certaines plantes frugales de s'implanter dans la moindre anfractuosité de mur sec. Certaines en ont d'ailleurs fait une spécialité comme les nombrils de Vénus, les joubarbes ou bien la "ruine de Rome" ou encore la bien nommée pariétaire. Mais vous opterez plutôt chez vous pour des espèces tout aussi adaptables et pourtant fort ornementales. Il en est ainsi des valérianes aux houppettes roses, blanches ou rougeâtres et plumeuses. Les giroflées jaunes ou orangées sont aussi un excellent choix ainsi que les mufliers nains qui se ressèment à l'envi. Des falaises, vous pourrez vous inspirer en employant le gazon d'Espagne ou bien le cinéraire en robe d'argent et la silène blanche, deux plantes d'espèces maritimes.

L'aubriète offre une généreuse floraison

Dans un registre plus horticole, adoptez les hélianthèmes, cousins rampants du ciste, les Convolvulus cneorum en liserons blancs et feuilles grises ou bien leur cousin mauritanicus d'un bleu divin. Pensez également aux nombreuses "corbeilles" de printemps: l'or de l'alysse, le bleu, rose ou pourpre des aubriètes, le blanc argenté de la céraiste ou le blanc ou rose des arabettes.
Songez aussi aux Aethionemas, aux campanules poscharskiana, à l'Erigeron karvinskianus ou vergerette, à la saponaire ocymoides rose.

Parmi les plus endurantes, on trouve toutefois les sempervivums et sedums, plantes grasses bien rustiques qui résisteront sans coup férir à la plus forte canicule.
Côté ombre, choisissez des fleurs telles que le ramonda, cette cousine du Saintpaulia de nos appartements, superbes et élégantes lewisia ou bien des fougères telles que Ceterach officinarum, adiantum, asplenium trichomanes ou polypodes. Les corydales blancs ou jaunes sont aussi capables d'y survivre, au frais, tout comme la chélidoine ou "herbe aux verrues".

Toutefois, retenez-vous de planter dans un mur des lierres retombants ou autres grimpantes ou pire encore des arbustes par trop vigoureux, même si on observe des buddleias jusqu'au faîte des grandes murailles. Leurs racines sont trop invasives et compromettraient rapidement la tenue de vos murs.

La plantation

Il convient de choisir des petits plants à mettre en place si possible en fin d'été ou début d'automne. Ainsi, ces végétaux profiteront de toute l'humidité automnale pour former des racines et s'installer avant l'hiver puis les canicules estivales.

L'entretien

Assurez-vous que vos nouvelles pensionnaires ne manquent pas de fraîcheur durant les mois suivant la plantation puis laissez-les s'installer à leur guise. Pour la plupart, elles se naturaliseront par la suite par semis naturels et coloniseront les moindres interstices pour, ainsi, rehausser encore plus votre décor.

Philippe Ferret