Que vous ayez une petite terrasse en ville ou un grand jardin à la campagne, vous pouvez récolter pour des fruits et des légumes. Des fruits du terroir ou des fruits exotiques et originaux. Avec les conseils de Philippe Ferret : plantez pour récolter !

Fruitiers nains pour jardiniers citadins

De nos jours, les citadins peuvent constituer un mini verger sur leur terrasse ou dans leur petit jardin. Ceci est devenu possible grâce à l'apparition de variétés naines à ne pas confondre avec les variétés greffées sur un porte-greffe nanifiant et donc plus volumineuses. Dans ce dernier cas, les plantes sont exigeantes en méthodes culturales et en entretien.
Il n'en est pas de même pour les fruitiers génétiquement nains et qui se comportent très bien en bacs sur balcons ou terrasses sans demander de connaissances particulières (taille et entretien réduits). Ainsi, vous pourrez donner corps à votre envie de pommes, de poires, de prunes, de pêches et de nectarines, ceci dans un espace restreint. Les fruits obtenus ne sont pas pour autant miniatures et dépourvus de goût. Loin s'en faut !

Veillez toutefois à offrir à ces plantes une situation bien ensoleillée et surtout aérée, donc plus saine et vivifiante. Leur fructification est rapide et les variétés sont, pour la plupart auto-fertiles (inutile de planter plusieurs sujets pour obtenir des fruits).
Les touffes ainsi obtenues et de forme compacte contrasteront avec les récents pommiers "Ballerina" qui ont la particularité de se développer sur un seul axe vertical. Difficile de faire moins volumineux. Ceux-ci constituent alors un élégant décor original de part et d'autre d'une entrée ou d'une perspective, "façon topiaires". Notez qu'en prime, ces fruitiers sont également magnifiques en pleine floraison (surtout les arbres à noyaux) et que le pêcher 'Crimson Bonfire' arbore aussi un superbe feuillage pourpre et décoratif.

Le figuier et ses fruits au gôut unique

Des fruits originaux et exotiques

Pourquoi cultiver les fruits que l'on trouve sur tous les étals des marchands de primeurs. Si vous souhaitez étonner vos amis et goûter à des produits moins courants, jetez votre dévolu sur le kaki dont les fruits, certes fragiles et supportant donc peu le transport, sont magnifiques sur l'arbre, en automne. Attendez les premières gelées pour le déguster à loisir.
Le Nashi est asiatique et son fruit frais cueilli sur l'arbre, consommé un jour de canicule, s'avère rafraîchissant avec un goût subtil de fleurs ou de thé. Les figuiers se plaisent dans les endroits bien abrités et en plein soleil. Ils se développent rapidement pour fournir un superbe buisson ou petit arbre et une abondante récolte sans nécessiter aucun soin. Quant au Pluot, c'est un nouvel hybride étonnant entre prune et abricot, à fruits énormes, juteux, sucrés et parfumés.

Fruitiers de terroir

Chaque région dévoile des variétés bien typées et nous revenons à ces variétés poussant sans façons et généreuses, aux fruits familiers. L'amandier est vénéré dans le sud mais fructifie, en plaine, jusqu'à la Loire. C'est déjà un véritable bonheur dès le premier printemps de profiter de sa floraison éblouissante.
Les pruniers forment rapidement des grands arbres productifs. Quetsches et mirabelles sont particulièrement appréciées en fin d'été. Ce sont des arbres très rustiques jusqu'en moyenne montagne.
La pêche sanguine ou "pêche de vigne" est particulièrement goûteuse et fait un retour en force, nostalgie faisant, dans les jardins et sur les tables. Si vous aimez les beaux arbres, lents à pousser mais néanmoins pittoresques, adoptez un cognassier aux fruits qui embaumeraient une maison entière et constituent de sublimes gelées ou pâtes de fruit. Le néflier forme un tronc cagneux avec l'âge et vous consommerez ses curieux fruits blets, c'est à dire après l'action naturelle du froid.

Poirier palissé contre un treillage

Comment former un scion ?

Avec un arbre fruitier acheté sous forme de scion, vous pourrez obtenir, par une taille de formation et à peu de frais, de nombreuses formes basses adaptées à vos besoins. Dans tous les cas, il convient de le tailler pour obtenir une ou plusieurs pousses latérales.
Le cordon est la plus simple de ces formes. Exclusivement adapté aux pommiers, il peut être simple ou double selon qu'une ou deux des branches secondaires sont palissées à l'horizontale, plus ou moins haut. Pratique pour border et enjoliver une allée ! Les gobelets ou quenouilles sont des formes à plusieurs branches dressées en pyramide plus ou moins évasée. Elles assurent une belle production sans trop de complication concernant la taille.
Les palmettes peuvent prendre différentes formes. Elles sont toujours modelées sur un seul plan, afin de les palisser contre un mur (espalier) ou de les tuteurer le long d'une allée (contre-espalier). En V ou en U, simple ou double, leur formation est délicate tout comme leur entretien qui demande un certain savoir-faire.

Bien les planter !

Ne bâclez pas la plantation, moment clé de l'établissement d'un verger, si petit soit-il. Creusez un grand trou, de 50 cm en tous sens au minimum. Prâlinez les sujets livrés en racines nues : trempez leurs racines au besoin nettoyées et rafraîchies dans un mélange de terre et d'eau formant bouillie.
Mélangez à la terre de remblai de la fumure organique (fumier décomposé ou déshydraté, terreau) ainsi que de l'engrais organique (Engrais universel ou guano marin). Maintenez l'arbre avec le collet (point de greffe) au niveau du sol. Enfoncez le tuteur avant de combler le trou.
Tassez progressivement puis ménagez une cuvette d'arrosage autour du tronc. Arrosez quel que soit le temps puis attachez l'arbre à son tuteur. Maintenez humide mais sans excès jusqu'à complète reprise.

Philippe Ferret