Passiflora coerulea

La passiflore ou ‘fleur de la Passion’ est une fleur dans la démesure : des étamines et un pistil énormes, de la fleur on ne voit qu’eux ! Et c’est ce qui rend cette liane si originale et unique ! En extérieur, elle sera palissée contre un mur ou grimpera le long d’une pergola. En intérieur, elle pourra créer une séparation végétale entre deux pièces, plantée en bac.

Qu’importe le lieu, si la chaleur est là

Cette grimpante est à palisser en sujet isolé sur un mur ou à faire grimper sur une pergola ou le long d’une rampe, elle tiendra en bac et en pot avec un support. Et en intérieur car elle aime la chaleur, elle pourra se révéler une très belle séparation végétale entre deux pièces, du moment qu’elle ait du soleil. Elle se sentira comme chez elle sous une serre ou une véranda, où elle peut atteindre jusqu’à 5 m en hauteur.
Elle sera plantée en extérieur dans les régions à climat doux. Des espèces, comme la passiflore bleue Passiflora caerulea, peuvent pousser en extérieur dans la région parisienne, le sud-est, le sud-ouest, le littoral atlantique et la Bretagne. Ailleurs, on la cultivera en pot, ce qui permettra de la mettre à l’abri dès les premiers froids. Sinon, voile d’hivernage et paillage au pied s’imposent.

Des fleurs étonnantes

La passiflore est remarquable par la taille des éléments de sa fleur : étamines, pistil et stigmate. Qui plus est, les horticulteurs ont étendu la panoplie de couleurs de ses fleurs et de ses filaments en anneau, qui portent le nom de ‘corona’ : pourpre, rouge, rose, bleu, mauve, violet et blanc. La floraison s’effectue de mai aux gelées. Les fleurs ont la particularité de s’ouvrir le matin vers dix heures et de se fermer en fin d’après-midi. Elles ne fleurissent qu’une journée mais les nombreux boutons assurent une floraison continue. De plus, chez certaines variétés telle ‘Impératrice Eugénie’, les fleurs dégagent un agréable parfum.
Les fruits de la Passion charnus jaune à orangé sont comestibles et apparaissent en automne. Seul le Midi pourra profiter des fruits de Passiflora edulis, plantée en extérieur.

La protéger du froid

Les gelées peuvent sécher la partie aérienne de la plante, il suffit alors de couper toutes les tiges endommagées, la souche émettra de nouvelles pousses vigoureuses dès le redoux. En climat très froid, la tige risque de ne pas être assez robuste pour porter la plante et celle-ci peut s’affaisser. Dans ce cas, il se révèle indispensable de la palisser, cela facilitera l’apparition de nouveaux boutons floraux.
Selon les espèces, la passiflore résiste plus ou moins aux températures négatives, bien installée la souche peut supporter le froid jusqu’à -10°C. Plante des climats chauds, elle appréciera une exposition au soleil, contre un mur orienté sud.

Un bon départ

Il est important de respecter un espace de dix cm entre le mur et le treillage pour la circulation de l’air. La passiflore pousse dans un sol riche, bien drainé, ordinaire voire argileux. La plantation s’effectue au printemps, vers mars-avril dans les régions douces (en mai ailleurs). On aménage au fond du trou de plantation une couche de drainage, recouverte d’un mélange de terreau et de terre de bruyère. Pour aider la plante à s’installer, on incline la motte vers son futur support, on arrose un peu et on paille sa surface sur une épaisseur de cinq à dix cm. On suit sa croissance en la palissant.
En pot, le mélange de terre idéal est, à parts égales, de la terre de bruyère, de la terre franche et du terreau.

Quelques gestes d’entretien

Vers mars-avril, les tiges disgracieuses et noircies durant la saison froide sont taillées. On raccourcit les tiges qu’on a décidé de conserver, on nettoie les plantes surchargées ou trop grandes et les vieilles tiges sont coupées au ras du sol.
Mieux vaut ne pas donner d’engrais ou de fumier à la passiflore, elle privilégiera sinon les feuilles au détriment des fleurs. Durant l’été, binages et copieux arrosages au moins une fois par semaine sont nécessaires. Le reste de l’année, la passiflore réclame moins d’eau.
Des coccinelles dans le jardin débarrassent la passiflore des pucerons et des cochenilles, insectes difficilement repérables dans la jungle de ses feuilles et tiges.

Un peu de botanique

Le genre Passiflora appartient à la famille des Passifloraceae et compte plus de 400 espèces de grimpantes à vrilles, persistantes ou semi-persistantes. Elle est originaire des régions tropicales d’Amérique du Sud, d’Asie, d’Australie et de Polynésie. On doit son arrivée en Europe Occidentale à un moine jésuite, Jacomo Bosio, missionnaire au XVIIème siècle au Mexique, la "Nouvelle Espagne" alors. C’est lui qui l’a baptisée "fleur de la Passion".

Un peu de culture

Comment apporter des notions de catéchisme à des indigènes ? Les missionnaires espagnols du XVIIème siècle ont trouvé la solution en illustrant la Passion du Christ à l’aide d’une fleur, c’est ainsi que la passiflore a trouvé son nom. Ses filaments représentent la couronne d’épines du Christ crucifié, ses étamines les cinq plaies, ses stigmates les clous et son pistil la croix. L’analogie va jusqu’aux feuilles lancéolées de la plante qui rappelle la lance du soldat romain qui s’assura de la mort de Jésus.

CARACTÉRISTIQUES
Hauteur à maturité : 3,5 m
Origine : Afrique
Rusticité : non rustique
Exposition : soleil
Couleur feuille : vert
Feuillage : persistant
Couleur des fleurs : Blanc
Période de floraison : printemps
Attributs : parfumée
Utilisation : jardin et intérieur