Les pommes de terre sont très gourmandes de potassium et de phosphore, éléments qui vont normalement être apportés par fumier ou compost intégrés dans le sol du potager durant l’automne. L’azote par contre doit être en quantité très modérée, il est facteur de développement des maladies, notamment du mildiou. Ces amendements agissent à moyen terme et améliorent la terre, mais les éléments nutritifs qu’ils contiennent ne sont pas disponibles rapidement, au contraire de ceux apportés par des engrais organiques.
Sans ces apports naturels préalables, ou en complément, vous pourrez, à l’aide de produits organiques ou minéraux, apporter à vos plants de pommes de terre les nutriments nécessaires. Privilégiez la fertilisation issue de produits naturels et créée par le recyclage de matières organiques.

Bien sûr avant d’apporter les éléments nécessaires, il faut savoir lesquels manquent ! Le surplus de nutriments ne profitera pas à vos végétaux et risquerait au contraire de polluer le sol à long terme, entre autres problèmes. Il est donc important de mettre les doses appropriées et de ne pas faire d’apports si vous en avez déjà fait il y a peu. Des tests se trouvent en jardinerie pour connaître la composition de votre sol.

- Le potassium doit être en plus grande proportion, c’est lui qui favorise le développement des fleurs. Choisissez généralement un engrais 4-6-10 pour les engrais chimiques.

- En produit naturel, le purin de fougères est un excellent engrais, vous pouvez aussi réaliser des macérations d’ortie et de consoude, utiliser de la cendre de bois.

- Avant la plantation : mettez au fond du trou de plantation un engrais spécifique, riche en potassium. Vous pouvez aussi incorporer du compost.