Le pissenlit, cette plante sauvage que l’on veut à tout prix éradiquer de notre jardin y a en fait toute sa place, nos grands-parents le savaient bien ! Il devrait même être dans le potager, car toutes ses parties se mangent, de la racine jusqu’aux fleurs.

Mangez vos pissenlits !
  • C’est jeunes que sont consommées les feuilles de pissenlits, récoltées avant la floraison pour moins d’amertume, en salades ou bien cuites. On peut aussi atténuer cette amertume en les forçant pour les blanchir : choisissez les plus beaux et gros pieds de pissenlit, supprimez toutes feuilles abîmées ou jaunies. Transplantez-les au fond d'un pot profond à 15 cm du bord. Recouvrez les pots d'une bâche opaque (pour des feuilles blanches jaunes, les pissenlits doivent être privés de lumière). Récoltez les premières pousses étiolées au bout de 2 à 3 semaines, selon vos besoins.
  • On peut également récolter les boutons floraux qui peuvent se conserver dans du vinaigre et s’utilisent en condiments, comme les câpres. Certains préparent les racines après les avoir torréfiées, pour préparer une boisson semblable au café. Blanchies 20 minutes, elles ressemblent un peu au salsifi !
  • Les fleurs se savourent crues sur une salade ou bien cuites dans une omelette.

La recette : blanchies 2 fois (si elles n’ont pas été forcées), puis poêlées, les feuilles de pissenlit sont délicieuses avec des lardons fumés.

À savoir : le pissenlit offre de multiples bienfaits. Les feuilles sont très riches en vitamine A notamment, en sels minéraux, elles sont détoxifiantes et diurétiques et sont utilisées en phytothérapie pour atténuer arthrite, goutte et rhumatismes. Les racines ont entre autres des propriétés apéritives, et améliorent le fonctionnement du système digestif.