Certes très résistant, le zamioculcas n’en est pas moins un être vivant, donc avec ses faiblesses. Certains parasites peuvent l’infester , mais la plupart de ses maladies sont malgré tout dues à des erreurs d’arrosages.

Un amas cotonneux sous les feuilles

Le coupable : le zamioculcas est assez résistant aux ravageurs, sauf aux cochenilles farineuses qui peuvent parfois l’infester. Les cochenilles se nourrissent de la sève des végétaux qu’elles parasitent, les affaiblissant peu à peu. Elles apprécient particulièrement les atmosphères chaudes et humides. C’est sur les tiges ou les feuilles qu’elles s’installent, à l’envers des feuilles, le long des nervures. Elles sécrètent un produit duveteux, blanc ; formant un amas, ce produit va protéger les œufs des cochenilles.

Le remède : afin d’éliminer ces parasites, nettoyez les feuilles avec de l’eau savonneuse, ou bien passez un linge ou un coton-tige imbibé d’alcool à brûler ou de vinaigre. Une pulvérisation d’un mélange de savon noir et de 1 à 5% d’alcool à brûler est aussi réalisable.
L’utilisation de pièges à phéromones pour les mâles est très efficace.
Pour éviter leur invasion et les dégâts qui s’ensuivent, surveillez régulièrement vos plantes vertes.

Les feuilles jaunissent, les bulbes sont noirs

Le coupable : vous avez trop arrosé Z.Z !! Comme la grande majorité de nos plantes d’intérieur, le zamioculcas a horreur d’avoir les pieds dans l’eau, cela fait pourrir ses racines, puis la plante entière.

Le remède : arrêtez immédiatement tout arrosage et supprimez toutes les parties aériennes qui ont pourri. Si seules les feuilles sont touchées et que les “bulbes” n’ont pas commencé à noircir, vous maintiendrez ce stoppage des arrosages durant 2 semaines. S’il est plus tard, une fois le nettoyage fait, ôtez la motte de son pot et dégagez les racines pour couper à ras celles qui sont noires et molles. Rempotez ensuite votre plante dans un substrat “neuf”. Placez le pot dans la soucoupe, mais celle-ci doit être remplie de billes d’argile, qui isoleront les racines de l’eau stagnante tout en faisant réservoir. En s’évaporant, l’humidité parviendra au feuillage de votre zamioculcas qui en sera très heureux ! Et attendez désormais pour arroser que le substrat soit sec sur 1 cm.

Les feuilles sont jaunes, le substrat est sec au toucher

Le coupable : pas assez d’arrosage, tout simplement.

Le remède : trempez votre plante dans un bain d’eau (non calcaire si possible), jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bulles, et brumisez le feuillage.

Le zamioculcas allonge ses tiges de manière excessive

Ce sont en fait les pétioles qui s’allongent, pas de tige pour Z.Z. !

Le coupable : c’est lorsque la plante cherche la lumière qu’elle a tendance à s’allonger ainsi de manière exagérée.

Le remède : placez votre zamioculcas à la lumière, mais pas exposé directement au soleil, préférez une fenêtre orientée à l’est ou à l’ouest. C’est un fait que la Z.Z. plante ne craint pas les environnements légèrement sombres, mais pour sa croissance elle nécessite de la lumière. Adaptez-vous à ses besoins en la rapprochant de la lumière lorsqu’une pousse est en cours de développement. Et rappelez-vous que la quantité de lumière diminue drastiquement dès que l’on s’éloigne juste un peu de la source.