Le rosier grimpant a les mêmes ennemis que le rosier. Pucerons, rouille, oïdium… sont les parasites et maladies que le rosier grimpant craint le plus, agissez en prévention afin d’éviter le pire !

- De petites bêtes vertes ailées ou non recouvrent les jeunes boutons floraux, se retrouvent sur le revers des feuilles.

Le coupable : les pucerons. Si vous n’agissez pas, la floraison en sera compromise, le rosier s’en retrouvera affaiblit. Les fourmis vont envahir le rosier, « élever » les pucerons qui seront de plus en plus nombreux et la fumagine, champignon noir, apparaitra et condamnera la grimpante.
La solution : agissez dès les premiers signes. S’ils ne sont pas encore trop nombreux, les pucerons peuvent être ôtés à la main. Si l’invasion devient sérieuse, ôtez les boutons floraux submergés par le nombre de pucerons, et pulvérisez sur l’ensemble du feuillage (en insistant sur le revers des feuilles) de l’eau savonneuse, du purin d’orties ou une décoction à base de fougères (un puissant insecticide 100% végétal)
En prévention : favorisez la présence de leurs prédateurs naturels, la coccinelle et la chrysope entre autres en installant des refuges pour ces auxiliaires (abri à coccinelles, hôtel à insectes…).

- Les feuilles du rosier sont tachées de brun-orangé, les branches sont également touchées

Le coupable : la rouille du rosier, un champignon courant sur le rosier.
La solution : lisez notre fiche maladie sur la rouille, pleines de bons conseils pour soigner de manière naturelle votre rosier et agir en prévention

- Les feuilles du rosier se couvrent d’un feutrage blanc.

Le coupable : l’oïdium du rosier, un champignon.
La solution : lisez notre fiche maladie sur l’oïdum qui vous indique des remèdes bio et les bons gestes de prévention.

Le rosier grimpant est aussi sensible à la chlorose, la marsonia, la maladie des taches noires…