Le laurier tin n'est pas épargné par les insectes nuisibles : punaises, pucerons, aleurodes de la viorne... Pulvérisez un savon insecticide aux moindres signes d'attaques.

Des coques ovale et vert jaunâtre au revers des feuilles en été

Il s'agit des aleurodes de la viorne. Si les larves restent peu nombreuses, l'arbuste ne coure pas de grands dangers. Ces petits insectes piqueurs-suceurs ne font pas beaucoup de mal au laurier tin.
Toutefois, si l'attaque devient virulente, le feuillage se couvre de miellat, est collant et de la fumagine (champignon noir) peut apparaitre. Dans ce cas, n'hésitez pas à pulvériser un insecticide sur le revers des feuilles. Et délogez les formes hivernantes : des coques de 1mm de long, noir incrustée d'une substance blanche et cireuse.

Des champignons orange se développent sur les branches du laurier tin à la fin de l'été

Il s'agit des fruits de l'armillaire, un champignon dont le mycélium se développe sous l'écorce. Le feuillage du laurier tin se desséché et se décolore. Il n'existe aucun remède si ce n'est arracher toutes les parties malades en insistant sur les souches et les racines, l'armillaire se développant dans le sol.
Agissez en prévention en offrant à la plante toutes les conditions idéales de culture, une terre riche et équilibrée.

Les feuilles sont tachées, déformées, criblées de trous, les jeunes pousses avortent

Il s'agit sans doute de la punaise ou capside, un insecte vert

Les feuilles sont dévorées jusqu'à ne plus être que de la dentelle

Le feuillage est dévoré par des larves jaune crème tachés de noir,il s'agit de la galéruque de la viorne. Traitez à l'insecticide dès les premiers signes.

De petites bêtes s'amassent sur le revers des feuilles, le long des nervures

Ce sont les cochenilles du laurier tin, elles sont jaune pâle, plates, ovales et longues de 4mm. A long terme, les feuilles se recouvrent d'un miellat collant puis de fumagine noir. N'attendez pas que ce stade critique arrive, pulvérisez un savon insecticide dès les premiers signes.

Méfiez-vous aussi de la pourriture grise ou botrytis, des pucerons noirs de la fève (des colonies denses de pucerons noir de 2mm, en été, à l'extrémité des pousses et au revers des feuilles), de la maladie des
taches foliaires cryptogamiques, de la tordeuse de l'œillet...