Le chèvrefeuille craint deux grands ennemis : l'oïdium, une maladie due à un champignon, et les pucerons, petits insectes suceurs de sèves qui envahissent la plante grimpante. Suivez nos conseils pour traiter naturellement ces deux fléaux.

Les feuilles s’enroulent sur elles-même, se flétrissent et se recroquevillent. De nombreux petits insectes ont envahi la plante en commençant par les bourgeons à fleurs.

Les coupables : de petits insectes verts ou bruns, certains sont ailés et plus gros, piqueurs et suceurs de sève, les pucerons
Si vous laissez les pucerons se multiplier ils seront bientôt rejoints par les fourmis qui font en faire l’élevage, puis la fumagine, un champignon noir, s’installera et il deviendra plus difficile de sauver la plante.

Le remède : pulvérisez du savon noir ou du purin d’orties. Supprimez les parties les plus touchées.
Agissez en prévention : assurez-vous la présence de coccinelles et autres prédateurs naturels des pucerons, et pulvérisez du purin d’orties.

Les feuilles sont recouvertes d’une fine couche blanche ou grise

Le coupable : l’oïdium un champignon qui se développe en ambiance humide.

Le remède : Éliminez les parties atteintes par la maladie. Et pulvérisez de la bouillie bordelaise (en respectant bien les dosages indiquées sur l’emballage par le fabricant).
Agissez en prévention : pulvérisez du bicarbonate de soude (10g pour 4mL d’eau, additionné de savon de Marseille) sur les feuilles. Et ne mouillez pas le feuillage.