Même si l'odeur des plantes aromatiques chassent de nombreux insectes nuisibles, il en attire aussi, et n'est pas à l'abri des champignons.

Plusieurs plantes aromatiques, comme le basilic, sont sensibles à l’oïdium et aux pucerons, ou encore à la pourriture grise.
Attention aussi aux limaces (sauge), au gel (romarin) et à la cicadelle.

L’oïdium, caractérisé par un feutrage blanc farineux sur les feuilles, et la pourriture grise peuvent être favorisés par une mauvaise aération (respectez les distances de plantation), un surdosage d’engrais, et des écarts de température trop importants entre le jour et la nuit. Appliquez du purin de prêle ou décoction d’ail en été et en automne.

Contre les pucerons : observez et agissez dès l’apparition. Rien de tel qu’un mélange eau-huile d’olive, qui nourrit aussi votre plante.

Le persil est sensible au mildiou, à la mouche de la carotte et du céleri, aux carences en magnésium, à la marbrure nanifiant de la carotte et aux virus.