En mal d'exotisme les grands propriétaires de jadis s'offraient le luxe en faisant cultiver en pot ou bac, à l'exemple du Roi Soleil, des plantes évoquant les cieux lointains. Pour ce faire, ils faisaient construire de grandes orangeries ou de véritables jardins d'hiver. Avec l'avènement des vérandas, ce luxe est devenu abordable et nous sommes nombreux à apprécier ces plantes sensibles au moindre froid mais qui aiment cependant passer l'été dehors, indolentes et extravagantes, en dehors des régions les plus favorisées de notre pays.

Elles sont nombreuses à nous envoûter de leurs charmes au point que nous leur réservons un coin au chaud, du moins hors-gel, durant la mauvaise saison : garage éclairé, devant la baie vitrée du salon où tout simplement dans la véranda. Elles y passent plusieurs mois en léthargie, attendant les beaux jours. Dès mars, les arrosages seront moins épisodiques pour inciter les plantes à reprendre leur croissance. Cette remise en végétation coïncidera idéalement avec un rempotage. En effet, ces sujets sont gourmands et épuisent vite la terre mise à leur disposition. Un mélange riche en humus et bien drainé fera l'affaire, additionné judicieusement d'Osmocote, un engrais à libération lente. A défaut de pouvoir changer une bonne partie de la terre (dans le cas de gros contenants et de plantes très encombrantes), procédez au "surfaçage" des bacs : grattez l'ancienne terre en surface, et remplacez-la. Profitez de ces opérations pour tailler la ramure des plantes. Ainsi, vous favoriserez l'abondance de floraisons des Hibiscus rosa-sinensis, des bougainvillées, des lantanas, des abutillons et daturas. Les sujets demeureront également plus trapus, compacts, et donc plus logeables. Dès le début de la repousse, veillez à maintenir la terre fraîche et à conjurer l'apparition éventuelle de pucerons, araignées rouges ou mouches blanches friandes de jeunes pousses tendres.

Acclimatez, endurcissez progressivement les plantes à l'extérieur par des sorties diurnes dès que le temps le permet. Pour cela, des contenants ou supports munis de roulettes s'avèrent bien pratiques, surtout dans le cas de plantes agressives telles que les agaves et évitent les tours de rein. Profitez-en aussi pour garnir la terre à la base des pots avec des plantes retombantes comme le lierre panaché à petites feuilles, des bidens aux étoiles dorées ou encore pour semer quelques graines de capucine afin de mettre en scène ces plantes vedettes.

Après les Saints de Glace (mi-mai) on peut sans crainte placer à demeure, pour quelques mois, ces plantes exotiques dehors, généralement au soleil. Veillez à leur apporter alors tous les quinze jours une fertilisation à l'engrais soluble (type pour géraniums) pour maintenir leur performance et profiter pleinement de leurs fleurs et senteurs.

Palissez les grimpantes au fur et à mesure de leur développement: passiflores, jasmins, bougainvillées. Prenez garde de bien placer les sujets épineux et donc dangereux hors de portée des enfants ou des yeux en général (palmiers comme le Kentia, agaves, cordylines). Attention également aux daturas dont toutes les parties sont toxiques par ingestion. Il ne faut pas se priver pour autant de leur fragrance envoûtante.

L'automne venu, penser à rentrer à temps tout ce joli monde pour lui épargner un quelconque dégât dû au gel. Taillez les plantes devenues trop encombrantes, mais vous pouvez vous priver alors d'un bonus de fleurs. En effet, nombre de plantes d'orangerie peuvent rester attrayantes jusqu'à l'arrivée des jours les plus courts : lantanas, agrumes, abutillons, dentelaire du Cap. Pourquoi ne pas en profiter ?

Philippe Ferret