Proposé par la SNHF

L'automne est la saison des plantations par excellence. C'est le moment de travailler la terre : labourer, bêcher. C'est également celui de la fertiliser, de lui apporter les élèments nutritifs qui la rendront riche et fertile pour les plantes qui y pousseront. Notre partenaire, la SNHF, vous dit tout sur les amendements et engrais, et vous aide à choisir celui qui conviendra le mieux à vos plantations.

Les éléments nutritifs existent sous deux formes : organique ou minérale. La plante absorbe les éléments nutritifs dont elle a besoin sous leur forme minérale : c'est pourquoi les engrais commercialisés sous forme chimique sont directement assimilés, alors que les engrais organiques doivent passer par une phase de décomposition et de minéralisation avant d'être assimilables par les plantes.

Cela a deux conséquences :
- les apports sous forme organique permettent une mise à disposition progressive des éléments nutritifs à la plante et réduisent ainsi les risques de pollution par lessivage (à condition toutefois de ne pas surdoser les apports de matière organique liquide de type lisier !)
- pendant leur phase de décomposition par les bactéries du sol, les matières organiques « brutes » vont d'abord consommer de l'azote, avant de le restituer à la plante. C'est pourquoi il vaut mieux utiliser des apports de matière organique déjà décomposée, pour éviter que la plante ne souffre pendant cette phase d'une carence en azote (appelée « faim d'azote »).

Les matières fertilisantes regroupent les amendements et les engrais, qui sont souvent confondus, bien qu’ils ne jouent pas le même rôle.

Les amendements

L'amendement sert à améliorer la composition physique, chimique et biologique du sol. Appelé parfois à tort « engrais de fond », il est incorporé à la plantation et lors du travail annuel du sol. Il contribue à corriger le pH, à améliorer la structure du sol (alléger ou « donner du corps ») et, pour les amendements organiques, à reconstituer les réserves du sol en matière organique. Les amendements du sol peuvent être de nature minérale ou organique :

Le fumier enrichit le sol en matières organiques.

Les amendements organiques

Les amendements organiques ont une origine végétale. Ils allègent les terres lourdes, donnent du corps aux terres légères et reconstituent le stock de matière organique du sol. Par leur minéralisation progressive, ils permettent de nourrir durablement les végétaux, sans risque de lessivage, tout en assurant une meilleure circulation de l'air et de l'eau. En fait, ils « nourrissent » le sol avant de nourrir la plante, une fois la matière organique décomposée en substances minérales assimilables.
Les principaux amendements organiques sont le fumier et le compost. Ils peuvent être utilisés dans toutes les situations et sont incorporés à la terre à l'automne, ou pour le compost, en fin d'hiver. Rappel : il est important d'utiliser un compost ou un fumier déjà bien décomposé. En effet, un amendement organique trop « frais » va dans un premier temps consommer l'azote nécessaire à sa décomposition et créer un manque pour les végétaux.

Les amendements minéraux

Ils améliorent certaines propriétés physico-chimiques du sol, permettant ainsi aux plantes de mieux absorber les éléments nutritifs. Les plus utilisés dans les jardins sont la chaux pour augmenter le pH d'un sol trop acide, et, inversement, le sulfate de fer pour acidifier un sol trop basique. Principaux amendements minéraux : chaux, gypse, cendre de bois, soufre, sulfate de fer, sable. Avant d'utiliser un amendement, assurez-vous qu'il est homologué (norme NFU 44001 pour les amendements calciques et NFU 44051 pour les amendements organiques) ou n° d'homologation et vérifiez les teneurs garanties, exprimées en pourcentage du poids ou du volume du produit. Attention lors de l'application de sulfate de fer : ce produit tâche les dallages, il est donc important d'éviter l'application sur et auprès des surfaces minérales.

Les engrais

Les engrais permettent d'apporter les éléments nutritifs nécessaires aux plantes. Un manque ou un déséquilibre dans certains éléments se traduit par des symptômes de carence ou de blocage (la carence d'un élément bloque l'assimilation de certains autres). Des feuilles décolorées, pâles, peuvent indiquer un manque d'azote. Les feuilles jaunes, aux nervures bien vertes, indiquent une carence en fer (chlorose).
On apporte généralement les engrais de fond (phosphore et potasse) en automne lors du travail du sol et les engrais de croissance (azote) au printemps. Il existe trois catégories d'engrais : les engrais organiques, les engrais minéraux, et les engrais organo-minéraux.

Les engrais organiques

Les engrais organiques constituent la base de tout programme de fertilisation de fond, avant d'avoir recours aux engrais chimiques. Ils présentent deux avantages : - ils libèrent les éléments nutritifs assimilables par la plante par minéralisation progressive, évitant ainsi les risques de lessivage. - certains d’entre eux, d’origine végétale, contribuent à enrichir le sol en matières organiques, comme un amendement (engrais vert, compost, fumiers…) Principaux engrais organiques : corne broyée, sang desséché, tourteau de ricin...
Le cas des engrais verts : On appelle engrais vert une culture qui n'est pas destinée à être récoltée, mais enfouie dans le sol pour l'enrichir en matières organiques. Les espèces les plus utilisées sont les suivantes : phacélie, moutarde, vesce.... Les plantes sont semées, puis détruites mécaniquement ou par le gel, avant d'être incorporées au sol. Cette technique convient notamment aux grands potagers.

Les engrais minéraux

Ce sont des substances d'origine minérale, produites soit par l'industrie chimique, soit par l'exploitation de gisements naturels (phosphate, potasse). Ils apportent à la plante des éléments minéraux directement assimilables. Ils ont donc une action rapide. La plupart des engrais minéraux de synthèse à destination du jardin sont des formules composées adaptées à certains types de culture (exemple : engrais spécial tomate, ou spécial rosier). Il y a aussi des « formules universelles », qui conviennent à une large gamme de plantes.

Comment lire une étiquette?

La formule est présentée de la manière suivante: 6-4-8. Cela signifie 6% d'Azote, 4% de phosphore et 8% de potasse.

Avant d'utiliser un engrais minéral chimique, assurez-vous qu'il est homologué (norme NFU 42001 ou N° d'homologation), et vérifiez les teneurs garanties pour chaque élément fertilisant, exprimées en % du poids ou du volume de produit. Assurez-vous de respecter les doses recommandées pour éviter la fragilisation des plantes, les brûlures et bien sûr la pollution des eaux.

Engrais organique ou minéral?

L'éco-jardinier donnera la priorité aux engrais organiques.

Attention cependant à ne pas diaboliser les uns et au contraire, à sous-estimer l'impact environnemental des autres : il existe aujourd'hui des engrais minéraux chimiques « retard » dont l'enrobage permet une libération progressive de leurs éléments nutritifs. Ils contribuent à limiter les risques de lessivage, alors qu'un surdosage d'engrais organique liquide, comme par exemple le lisier, pourra conduire à une pollution des eaux. Tout est question de mesure : il faut éviter les surdosages au motif que « ça ne peut pas faire de mal », tout comme il serait utopique de s'attendre à de belles plantes sans aucun apport d'engrais, car il faut compenser leurs prélèvements pour ne pas appauvrir le sol.

En savoir plus : Bien nourrir sol et plantes

> Le site de la SNHF : www.snhf.org