La composition d’un jardin est affaire sérieuse et mérite toutes les attentions afin de ne pas revenir inutilement sur l’ouvrage par la suite. Un des éléments clés du tracé est dicté par la ou les perspectives qui structurent l’espace, lui confèrent sont harmonie et sa singularité.

Le point focal

Voici l’élément de base de toute bonne perspective. Il peut s’agir d’un élément existant, le clocher lointain du village, un banc, une jolie percée dans les frondaisons, un bel arbre isolé… qui justifie une mise en scène particulière et dicte alors l’axonométrie du jardin. Cette pratique servira aussi subséquemment à détourner le regard des vues peu esthétiques alentour.

Illusions d’optiques

Plusieurs subterfuges seront mis en œuvre selon l’effet désiré. Si vous possédez un jardin carré, vous donnerez l’impression d’espace en traçant une perspective dans sa diagonale. De même si vous souhaitez donner l’illusion d’une distance plus importante, trichez sur la largeur de l’allée qui sera tracée physiquement plus étroite au loin. Calculez les cotes en conséquence. Il en sera de même avec les alignements d’arbres dont la distance de plantation décroît lorsque l’on s’éloigne.
En installant des plantations aux couleurs pastel au loin, vous prolongerez aussi visuellement votre perspective. Placez de fait les couleurs vives de préférence en avant plan.

Façonnez votre environnement:

Il suffit parfois d’élaguer des arbres ou de supprimer des branches basses pour découvrir de nouveaux points de fuite intéressants. Ceci est fréquent dans les jardins déjà abandonnés ou les vieux parcs où un remaniement devient nécessaire. Faîtes appel de préférence à un professionnel spécialiste de la taille douce pour préserver votre capital végétal.

La mise en scène

Lorsque votre perspective est décidée et mise en place, pensez à la mettre judicieusement en valeur. Ce peut être tout simplement par une symétrie de pots ou de deux topiaires en amont afin d’accrocher le regard ou bien par un effet de plantation colorée qui attire l’œil (feuillages pourpres par exemple). Une simple arche ou une pergola permet aussi de cadrer, accentuer visuellement l’axe tracé. Une plantation simpliste suffit parfois à créer un point focal. C’est le cas de haies ou d’alignement d’arbres ou encore d’une allée tondue à même les herbes folles d’une prairie. Une fenêtre pratiquée par la taille dans une haie existante servira aussi de cadre pour la mise en valeur d’un tableau végétal ou d’un beau paysage.

Philippe Ferret