Comment profiter pleinement de son coin de jardin sans pour autant y passer tout son temps libre ? Telle est la question trop souvent posée par les jardiniers dilettants en quête de verdure.

1- Question cruciale, la pelouse

Parmi les tâches répétitives auxquelles se frotte le jardinier, la tonte de la pelouse est souvent vécue comme une corvée. Au point de se demander en maintes occasions quel est l'intérêt de recourir au sacro-saint gazon. Pourquoi ne pas le remplacer en effet par des tapis de plantes couvre-sol persistant (lierre, pervenche, pachysandra…) qui, associées à un paillis, demandent si peu d'entretien. Bien sûr, pas question de piétiner ces plantes, mais adieu la tondeuse. Un jardin sec sur graviers offre aussi une version moderne et originale pour les grandes surfaces. Elle consiste à cultiver des plantes aimant le sec et le soleil dans un environnement minéral, ceci en recouvrant le sol par du sable ou du gravier selon la technique du paillis.

2- Optez pour les arbustes

Les plantes vivaces ne sont pas toutes une panacée et avouons-le, demandent tout de même entretien, division, tuteurage…. Si vous souhaitez vous simplifier la vie, choisissez plutôt des arbustes. Vous en trouverez de très nombreuses espèces et variétés, à feuilles caduques ou persistantes, souvent colorées, de toutes tailles (jusqu'à 4 m de hauteur ou bien naines pour garnir les terrasses ou petits jardins). Ils fleuriront également votre jardin tout au long de l'année par un choix judicieux. La plupart montrent une croissance rapide et ne nécessitent guère qu'une seule taille par an.

3- Complétez avec des bulbeuses

Souvent peu onéreuses à l'achat, les plantes bulbeuses les plus rustiques (celles qui se naturalisent) vous assureront sans soins de nombreuses années de floraisons. Les petits bulbes à floraison de printemps comptent ainsi parmi les plantes les plus fidèles du jardinier, car ils se propagent rapidement pour former de belles touffes. Investissez donc chaque automne pour des narcisses, tulipes botaniques, scilles, anémone blanda…. Vous pourrez en truffer vos plates-bandes (en particulier à la base des arbustes) sans qu'ils nuisent à la bonne croissance des autres plantes.

4- Bien choisir ses variétés

Lors de l'achat de vos plantes, renseignez-vous de leur résistance aux maladies, en particulier en ce qui concerne les rosiers, les arbres fruitiers ou les petits fruits. Les obtenteurs sont toujours en quête de telles variétés assurant un état sanitaire satisfaisant sans traitement chimique. Les catalogues indiquent clairement ces particularités. De même, l'obtention de médailles et de prix lors de concours internationaux, ou bien de mérites et autres distinctions indique à l'amateur des plantes particulièrement intéressantes, des valeurs sûres auxquelles il pourra se fier.

5- Encourager la biodiversité

Le fait de mélanger, dans un même massif ou jardin des plantes de types différents (arbres, arbustes, vivaces, bulbeuses, grimpantes, saisonnières…) permet de limiter l'apparition et surtout la propagation des insectes nuisibles et des maladies. En attirant la faune sauvage dans un jardin peu apprêté et sans employer de produits chimiques, vous encouragerez donc une autorégulation des populations de prédateurs.

6- Jouez la carte des paillis

En recyclant les matières broyées du jardin ou en investissant dans des produits du commerce (paillette de lin ou de chanvre, écorces de pin, fibralgo, déchets de cacao…) épandus en couche sur le sol des massifs, vous combattrez naturellement l'apparition des mauvaises herbes tout en maintenant un bon niveau de fraîcheur du sol en été. Comptez 7 à 8 cm d'épaisseur au pied des arbres et arbustes, 4 à 5 cm pour les vivaces, les saisonnières et bulbeuses.

Philippe Ferret