Dossier

En ces temps de frimas, une floraison dorée illuminant tout le jardin est la bienvenue ! Place aux mimosas ! Dans le Midi, sur le littoral atlantique, en Bretagne, jusqu'en région parisienne, ces arbustes puissants et à croissance rapide se distinguent à partir de fin janvier par leurs abondantes boules jaunes et poudrées, au parfum puissant et caractéristique, ressortant sur un superbe feuillage persistant.

Des variétés éprouvées de mimosas

Parmi les formes les plus généralement cultivées, on compte le traditionnel mimosa d'hiver, Acacia dealbata, épanoui dès fin janvier dans le Midi et en février-mars ailleurs. Il est indispensable pour son abondante floraison jaune et son feuillage glauque, si décoratif.

On trouve encore plus couramment le mimosa hybride 'Le Gaulois', atteignant jusqu'à 5 m de haut et résistant à –10°. Notez toutefois que les mimosas apprécient plutôt les terres acides ou neutres. Dans le cas d'une terre calcaire, mieux vaut choisir un pied greffé sur Acacia retinoides. Dans ce cas et si par mégarde la plante gèle, elle ne repoussera pas à l'identique à partir de la souche ce qui est l'avantage des variétés franches de pied (non greffées).

Acacia retinoides est le "mimosa des quatre saisons" car il fleurit en fin d'hiver puis en automne. Les fleurs en glomérules jaune citron sont plus dispersées parmi les feuilles persistantes, non découpées, aux reflets grisâtres. Il est plus résistant au froid, jusqu'à –12°, mais ne supporte guère les terres trop calcaires.

Les curieux apprécieront le "mimosa-chenille", Acacia longifolia, aux feuilles non découpées et dont les glomérules jaune citron sont regroupés en très nombreux goupillons denses.

Le mimosa: une culture facile

À la plantation, choisissez l'endroit le plus abrité du jardin, contre un mur bien exposé au soleil par exemple. Prenez garde toutefois à la tendance du mimosa dealbata à drageonner à s'étaler fortement.

Assouplissez la terre et apportez du terreau ou, mieux, de la terre acide "de bruyère". Plantez toujours en sol bien drainé. N'enterrez pas la greffe des sujets entés et tuteurez votre nouveau pensionnaire.
Arrosez jusqu'à la reprise et en cas de sécheresse la première année, mais sans excès toutefois. Par la suite, ces plantes au caractère frugal devraient se débrouiller toutes seules.

Dans les régions les moins clémentes, prévoyez de pailler abondamment le pied jusqu'à l'aplomb du feuillage et buttez au niveau du point de greffe. Éventuellement, au plus fort des gelées, enveloppez la plante d'un léger voile de protection.

> Nos conseils pour réussir la culture du mimosa

 

Philippe Ferret