Le nom de l’Achillée n’est pas sans rappeler celui d’Achille, le célèbre héros de la guerre de Troie. La mythologie grecque raconte que, sur les conseils d’Aphrodite, le guerrier aurait eu recours à cette plante pour soigner ses soldats. Depuis la Préhistoire, l’Achillée s’est révélée un "pansement" des plus efficaces sur les plaies ouvertes, elle est synonyme de guérison et rassure les malades.

Elle faisait partie des plantes que l'impératrice Joséphine avait à la Malmaison. Cette fleur majestueuse et malheureusement éphémère est signe de fierté, voire d'arrogance.

L'ancolie se distingue des autres fleurs par son éperon qui, avec les cinq pétales, évoque au fidèle la main de la Sainte-Vierge : "Gants de Notre-Dame" est l'autre nom donné à cette plante. L'ancolie est liée à la tristesse, la solitude ou encore la folie. On lui attribuerait également le pouvoir de guérir de l'avarice.

C'est de son goût pour les expositions ventées que cette fleur printanière, d'origine méditerranéenne, introduite vers 1525 dans les pays du Nord, tient son nom d'anémone. Au sens propre, elle est "la fleur du vent". Pourtant, elle est très vite étiolée par ses bourrasques ; aussi est-elle devenue le symbole de l'amour fragile ou menacé, du bonheur intense mais de courte durée. Elle manifeste de la tristesse lorsqu'elle est violette et de la persévérance en dépit de tout lorsqu'elle est rouge.

Plante très aromatique, l'aneth était déjà connu des Égyptiens. Charlemagne en préparait des fioles pour ces convives lors des festins, la plante calmait les hoquets ; une vertu connue également chez les Scandinaves. Dans les croyances populaires, l'aneth éloignait sorcières et maléfices. Cette herbe est symbole de protection.

Une légende biblique raconte que Raphaël, l'Archange de la Guérison, aurait révélé aux hommes les vertus bénéfiques et exceptionnelles de l'Angélique. Aussi appelée "racine du Saint-Esprit", elle avait sauvé beaucoup de vies lors des grandes épidémies de peste de 1510. L'"herbe aux anges", accrochée au cou, conjurait les mauvais sorts. Elle symbolise l'inspiration.

Découverte en Colombie par le botaniste Édouard André en 1876, l'anthurium ou "langue de feu" a une symbolique différente selon sa couleur. Rouge, elle est la fougue sensuelle, blanche elle est, tout au contraire, la timidité. Les Antillais ont fait de l'anthurium rose leur fleur officielle.

Judas aurait trahi Jésus sous cet arbre, ou s'y serait pendu. Les fleurs poussant directement sur le tronc, particularité de cet arbre, symboliseraient les larmes du Christ, c'est de honte qu'elles seraient devenues rouges. Chez les Indiens d'Amérique, l'écorce et les racines de cet arbre soignaient nausées, vomissements, coqueluche et dysenterie.

L'arum est le symbole de l'âme. Ses grandes fleurs blanches étaient très courantes dans les années 1900 lors des cérémonies religieuses importantes comme les mariages, les fiançailles ou encore les communions.

L'aster serait né des larmes d'Astrea, déesse de la justice chez les Grecs. Après l'ouverture de la boîte de Pandore, la balance qu'elle tenait dans sa main penchait toujours du côté du mal. L'aster symbolise le réconfort dans la vieillesse parce qu'il fleurit très tard en saison. Il représente dans le langage des fleurs une promesse de fidélité et une confiance en amour.

L'aubépine est associée à l'image de la Vierge Marie et du Christ : ses fleurs blanches symbolisent la délicatesse, la pureté et la beauté ; l'épine rappelle la couronne du Christ, dont les gouttes de sang teinteraient encore les étamines de la fleur. Elle symbolise la prudence et l'espérance. En Touraine, elle est la plante porte-bonheur du 1er mai.

L'azalée représente la joie d'aimer. Dans la culture chinoise, une légende raconte que l'azalée serait née de la tristesse d'un coucou. Il aurait crié jusqu'au sang, et une goutte aurait donné naissance à la fleur d'azalée...

Le bambou est symbole de longévité, de jeunesse et de force. Mais également de modestie dans la tradition de Lao Tzeu, car son cœur est vide. Un carillon en tige de bambou éloignerait les mauvais esprits. Un proverbe bouddhiste démontre bien l'importance du bambou dans la civilisation : " Il est facile de vivre sans viande mais difficile de se passer du bambou "

Plante originaire de Chine, le bananier a voyagé aux quatre coins de la planète. Il fut surnommé "arbre du paradis", Musa paradisiaca. Dans la religion bouddhiste, il est le symbole de la fragilité et de l'instabilité des choses.

Fleur champêtre du terroir français, le bleuet doit sa signification à ses propriétés médicinales : employées en collyre contre les maladies des yeux, ses corolles d'un bleu pur reçurent longtemps, dans nos campagnes, le nom pittoresque de "casse-lunettes". Ce bleu pur, très rare chez les fleurs naturelles, comme ses propriétés adoucissantes lui ont valu de devenir la messagère de tous les sentiments tendres, naïfs ou délicats.

Le bouleau a une forte connotation spirituelle dans ses pays d'origine. En Sibérie, il est l'axe du monde, le pilier cosmique. En Europe occidentale et en Asie centrale, il est signe de renouveau et est associé au printemps. En Europe du Nord, il est symbole de purification. Pour d'autres encore, il est l'arbre de la sagesse et esprit protecteur.

C'est peut-être parce qu'elle ne demande aucun soin particulier et qu'elle reste verte toute l'année, que la bruyère symbolise un amour robuste.

Dans l'Antiquité, doublement consacré aux divinités du monde infernal et à la déesse-mère Cybèle, le buis symbolisait à la fois l'immortalité et la persévérance, en raison de la dureté de son bois et de la persistance de son feuillage. Les rameaux bénis symbolisaient l'espérance et la stabilité, tout en veillant sur la famille jusqu'à l'année suivante.

En Europe, on connaît les cactus depuis la découverte de l'Amérique en 1492. Christophe Colomb en rapporta certainement dans ses bagages et, en 1570, un pharmacien anglais en exhibait un à Londres. Il symbolise l'amour maternel.

C'est l'impératrice Joséphine qui lança la mode de cette fleur originaire du Japon. Emblème du romantisme, elle connut un succès considérable au 19e siècle. En exhibant cette fleur lors de ses apparitions mondaines, la Dame aux Camélias, héroïne du roman d'Alexandre Dumas, pouvait secrètement dévoiler ses sentiments et ses émotions, que la société de l'époque la condamnait à taire.

Les Grecs avait associé la camomille à Morphée, dieu des rêves. Il est vrai qu'une infusion de camomille avant le coucher aide à dormir et autrefois, on pensait qu'elle favorisait les rêves prophétiques, ou encore qu'elle attirait l'argent. On offrait des brins de camomille sauvage à ceux qui avaient besoin de retrouver confiance, foi et espoir. Elle est aussi symbole de soumission.

Pour les Écossais, la campanule est la "cloche des morts" car "qui entend tinter la campanule entend le glas de ses funérailles". Si l'on vous offre un bouquet de campanules bleues, c'est en signe d'attachement et d'amitié; un bouquet de campanules rouges exprime un sentiment plus fort : l'amour.

En plus de s'accommoder en salade et de posséder des vertus cicatrisantes, cette fleur, qui séduisit Louis XIV, est idéale pour faire éclater au grand jour une passion ardente.

Le cerisier d'ornement est appelé Sakura au Japon et un motif floral courant dans la culture nippone. Il est la beauté éphémère. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, les Japonais croyaient que les âmes de leurs soldats se réincarnaient dans les fleurs du cerisier.

Dans l'Antiquité, les Égyptiens, les Grecs et les Romains utilisaient son écorce. Son essence entre actuellement dans la composition de nombreux cosmétiques, qu'elle parfume. Dans la représentation artistique, il symbolise le lien entre deux êtres et pousse sur la tombe de Héloïse et Pierre Abélard.

En Occident, le chrysanthème est la fleur de la Toussaint, du souvenir et de la commémoration des défunts. Ainsi lui attribue-t-on une forte connotation funéraire, qui tend à faire oublier qu'en Asie son rôle ornemental s'accompagne d'une symbolique moins austère. Chinois et Japonais l'associent à la notion de longévité, que ses feuilles, naguère utilisées à des fins médicinales, auraient la propriété de favoriser. Mais s'il a le privilège de la durée, il a aussi celui de la beauté parfaite, source de joie.

La cinéraire maritime est attachée à la douleur. La couleur de ses fleurs expriment un sentiment douloureux différent selon qu'elles soient bleues, jaunes ou blanches. On offre des cinéraires bleues lorsque l'attachement à la personne se fait dans la douleur du cœur. un bouquet jaune accompagne un souvenir douloureux. Les fleurs à rayons blancs s'offrent lorsque l'on souffre d'un deuil très difficile.

Le citron est le symbole de la ville de Menton depuis 1930. Le citronnier évoque l'envie de partager à l'écrit ses sentiments. Cela viendrait-il de la fameuse encre invisible au jus de citron ?

La clématite est symbole du désir amoureux, mais également celui de la tromperie et du jeu. Elle porte le surnom d' "herbe aux gueux" car, au contact de la peau, elle provoquent des ulcères et les mendiants s'en frottaient les membres pour exciter la charité publique.

Le cœur de Marie ou cœur saignant doit son nom à la forme et à la couleur de ces pétales. Il est rattaché à la Vierge Marie et symbolise son amour. Elle nous vient de Chine, elle est arrivé en France au XIXème siècle dans la besace de Robert Fortune et depuis s'est très bien adaptée sous nos climats. Attention, cette plante est toxique.