Fiche conseil
La mère berger et son petit

Vous avez prévu de faire reproduire votre chienne, comment faut-il s’y prendre ? Si votre animal est de race, inscrite au LOF, un certain processus est à respecter pour que les chiots obtiennent par la suite un pedigree avec leur lignée, mais même pour des chiennes qui ne sont pas de race quelques précautions sont à prendre pour que tout se passe bien !

Quel est le meilleur moment pour faire se reproduire ma chienne ?

Une chienne atteint sa maturité sexuelle entre 8 et 14 mois, voire 18 mois, mais cette maturité peut beaucoup varier selon les races, les chiennes de petites tailles étant matures bien plus tôt que les chiennes de grandes races. À partir d’environ 6 ans, il est conseillé de ne plus essayer de faire reproduire une chienne.
C’est généralement deux fois par an qu’une chienne à ses chaleurs, qui durent une moyenne de 3 semaines, mais certaines chiennes n’ont qu’une période de chaleur par an, alors que d’autres vont en traverser trois.

La première phase des chaleurs est le pro-œstrus, qui dure en moyenne 9 jours (mais encore une fois c’est très variable selon les races et les individus et cette phase oscille en fait entre 2 et 25 jours), durant laquelle la chienne perd du sang et montre une vulve gonflée mais n’accepte pas le mâle. Elle n’est d’ailleurs pas féconde à ce moment là.
L’œstrus, lui, dure entre 3 et 21 jours, en moyenne 9 jours, pendant lesquels la chienne accepte le mâle en adoptant une position particulière, les pattes légèrement écartées et la queue sur le côté. L’ovulation se produit (toujours à peu près) 2 jours après le début de cette phase. Pour mettre toutes les chances de votre côté, amenez votre chienne chez le vétérinaire pour qu’il suive ses chaleurs.

De bonnes conditions pour la reproduction

Au préalable, il est nécessaire que la chienne soit vaccinée et qu’elle ait été traitée contre les parasites. Elle doit bien sûr être en bonne santé, et si elle fait partie d’une race ayant des tendances à certaines maladies génétiques, il faudra éventuellement faire les examens adaptés, pour éviter qu’elle donne naissance à des chiots montrant des maladies et certains propriétaires d’étalons demanderont ces justificatifs.

Le mâle reproducteur

Lors de la recherche du reproducteur, il faudra prêter attention à plusieurs points :

  • Le mâle doit être jeune et en bonne santé, et s’il est d’une race prédisposée à des maladies, disposer des examens justifiant son bon état de santé. Pour avoir une portée respectant les standards d’une race, le mâle tout autant que la femelle doivent eux-mêmes les respecter. Si les chiens ne sont pas de race, vous choisirez le mâle “au feeling”, mais attention quand même à ce qu’il n’y ait pas de différence de taille importante en défaveur de la chienne, qui pourrait avoir des difficultés à mettre bas en plus d’une saillie compliquée.
  • Il est bien sûr vacciné et traité.
  • Mettez-vous d’accord sur le paiement de la saillie, certains propriétaires de mâles préférant obtenir un chiot en échange du “prêt” de leur reproducteur.
  • Demandez à ce qu’il puisse y avoir plusieurs saillies (2 à 3 en général) au cours des jours suivant l’œstrus, et éventuellement que votre chienne puisse revenir si la saillie n’a pas été suivie d’une portée. Insistez si besoin pour que l’accord mis en place soit signé, pour éviter tout problème par la suite.
  • Il peut arriver qu’il soit difficile de faire accepter une chienne pour les chiens de races les plus demandés, surtout si la lignée de la femelle est un peu moins illustre.

Quelques obligations administratives

Certaines démarches administratives sont nécessaires lorsque les chiens sont inscrits au LOF ou à la S.C.C. : une déclaration de saillie doit être remplie et envoyée sous 4 semaines à ce dernier organisme, qui vous fera parvenir une déclaration de naissance et une demande d’inscription de portée. Grâce à ces formulaires, vous obtiendrez un pedigree provisoire pour chaque chiot.

La saillie

Il est conseillé de déplacer la chienne plutôt que le mâle, celui-ci pourrait être trop stressé pour accomplir sa “mission” dans un endroit qu’il ne connaît pas. La chienne peut également être nerveuse, veillez à la surveiller pour éviter toute agressivité, mais n’insistez pas trop si elle refuse le mâle, il est préférable de recommencer ultérieurement.
Il est très fréquent que les 2 chiens restent collés un moment au moment de la saillie, c’est tout à fait normal et n’essayez surtout pas de les séparer. Il faut éviter aussi qu’ils essaient de se libérer eux-même en cas de stress, cela pourrait gravement blesser votre chienne. Les jours suivant la saillie, ne laissez pas votre chienne sortir, tant qu’elle est en période d’ovulation elle peut être fécondée, et vous auriez une portée avec des pères différents.

Chiots

La chienne en gestation et la mise bas

C’est un vétérinaire qui pourra vous indiquer si votre chienne attend bien des chiots, grâce à une échographie qui se réalise au 21ème jour après la saillie, ou bien par une radiographie au 45ème jour.
La gestation dure en moyenne 63 jours, et c’est au cours des 2 à 3 dernières semaines que la chienne aura besoin d’une ration journalière plus importante (50% de plus). Continuez à la promener jusqu’à l’avant-dernière semaine, de préférence en laisse. Un endroit chaud, aéré et au calme sera prévu pour la mise bas de la portée.

Lorsque le travail commence, qui peut dépasser les 24 heures, la chienne va arrêter de s’alimenter et pourra se montrer agitée et nerveuse. La chienne arrête d’haleter lorsque les contractions se produisent, il faut à ce moment là être vigilant pour faire venir votre vétérinaire en cas de problème (vous l’aurez au préalable averti que le travail a commencé), un chiot met environ une demi-heure à sortir.

Une fois les chiots arrivés, vous remplirez et renverrez les déclarations fournies par la S.C.C..