Les iris des jardins sont des plantes prestigieuses à la fois cultivées depuis des millénaires et améliorées sans cesse par l'homme. Une véritable pléiade de variétés nouvelles est proposée au commerce chaque année. Cette course à la beauté conduit à un superbe kaléidoscope de couleurs. Ainsi trouve-t-on dorénavant des iris des jardins aux teintes incroyables, presque noir, approchant le rouge pur, orange vif et souvent bicolores, parfois à pétales ondulées ou frisés, à large barbe contrastée. C'est dire si le choix est immense.

Mes trucs de culture

Les iris des jardins se plantent traditionnellement en plein été, juste après leur floraison. Ils apprécient par-dessus tout le plein soleil et un terrain sain et bien drainé, plutôt calcaire. A défaut, mélangez à votre terre du sable grossier (de rivière) ou du gravillon et plantez légèrement en surplomb.

Adeptes du farniente, ils adorent "cuire" leurs rhizomes au soleil. Ceux-ci seront donc à peine enterrés. Observez qu'ils poussent selon un axe prédéfini par la position du bourgeon. Si vous les plantiez en dirigeant le bourgeon de chaque rhizome dans le mauvais sens (croissance centripète) votre plantation s'étoufferait rapidement.

Bordure d'iris à Giverny

Recherchez plutôt une croissance centrifuge en dirigeant tous les bourgeons vers l'extérieur des futures touffes. Ils formeront bien vite un réseau dense de racines d'où il est bien difficile de déloger par la suite les mauvaises herbes comme le chiendent. Prenez un soin tout particulier à bien nettoyer votre terrain avant des les y implanter.

Ils n'aiment guère les arrosages excessifs l'été ; aussi, il est parfois délicat de les marier dans les plates-bandes de vivaces en mélange. Mieux vaut donc les cultiver en superbes bordures ou les associer à d'autres plantes aux exigences similaires.

Si, par malheur, vos iris étaient attaqués par une maladie du feuillage (Hétérosporiose), n'hésitez pas à rabattre fortement, après la floraison, leur feuillage qui repoussera en l'espace de quinze jours. Traitez-le alors préventivement avec un produit à base de manèbe ou de Mancozèbe, traitement à répéter dès mars l'année suivante.

Comment réussir les iris des jardins :
  • Offrez-leur un sol sain et bien drainé
  • Plantez-les en plein soleil
  • Installez-les en dirigeant les bourgeons vers l'extérieur
  • L'été, arrosez-les avec parcimonie
  • Supprimez les fleurs fanées

 

Les Iris dans vos jardins

Leurs compagnes

Avouons que les iris ont une certaine allure en compagnie des rosiers, qu'ils soient anciens ou modernes. Un talus, un jardin de gravier ou un dallage surchauffés seront également des endroits de prédilection pour leur culture. Associez-les avec bonheur à des plantes annuelles qui se naturalisent volontiers comme les pavots de Californie (Eschscholzia), les matricaires et les tendres nigelles de Damas (amour dans un brouillard), à des bulbeuses d'été telles que les Acidanthera, les ixias, les tigridias (oeil de paon) ou encore des vivaces généreuses à l'image du charmant Erigeron karvinskianus aux pâquerettes roses, des népétas bleus ou encore de la valériane rose ou du feuillage gris et velu des oreilles d'ours (Stachys lanata). Un environnement minéral révèle aussi ces plantes au port tonique par leurs feuilles dressées et bleutées. Petits rochers, gravillons de couleurs ou galets deviendront autant de faire-valoir pour ces fleurs majestueuses.

Le bon choix

Parmi les iris des jardins, vous trouverez des variétés de différentes hauteurs. Notez que plus un de ces iris est haut, plus sa floraison est tardive. Ainsi, les nains (hauts de 10 à 20 cm), dès la fin mars et les lilliputs, de fin avril à mi-mai, ouvrent le bal. Ces derniers s'avèrent parfaits en bordures et rocailles, ne dépassant pas 40 cm.
Les iris intermédiaires leur emboîtent le pas. Épanouis en mai, ils mesurent de 40 à 60 cm et font merveille en compagnie des rosiers hâtifs et botaniques.
Les grands iris des jardins, quant à eux, atteignent parfois 1 m de hauteur. Ils se déclinent en une incomparable palette de variétés très souvent parfumées et resplendissantes dans les bouquets.

Philippe Ferret