Dossier

Après la débauche des fleurs estivales, le jardin d'automne offre une palette infinie de couleurs, de sensations, d'atmosphères à capter, façonnée dans des scènes raffinées. Composez une véritable apothéose, un chant du cygne digne de votre jardin et de vos rêves.

À la gloire des feuillages

Sans nul doute, les frondaisons automnales transfigurent le moindre jardin en une véritable féerie changeante. Des essences bien choisies parmi les érables (en photo : l'érable du Japon 'Ozakazuki'), les viornes, les liquidambars, tulipiers ou fusains caducs… ou encore marcescentes telles que hêtres ou charmes… contribuent au coloriage vif ou en demi-teintes subtiles de notre environnement.

Chaque année, la métamorphose et le concert chromatique s'avèrent différents, évoluant au gré de l'hygrométrie (pluie, brouillard, réserve en eau du sol), de la chaleur (nuits plus ou moins froides et amplitudes jour/nuit), de la luminosité. Sans compter le vent, capable d'anéantir rapidement la somptuosité du spectacle. Alors, sans attendre que de sublimes jonchées multicolores émaillent pelouses et massifs, profitez du moindre instant de beauté ainsi prodigué.

L'Aster 'Freda Ballard' est en fleurs en automne !

Les fleurs tardives

Ne négligez pas la beauté des fleurs qui s'épanouissent en automne, contrepoint parfait aux divers feuillages. Certes, les asters et chrysanthèmes à massif sont rois et se déclinent en innombrables variétés.
Toutefois misez sans retenue sur les épis blancs et parfumés des cimicifugas (Actaea), ceux rosés et filiformes des renouées amplexicaules (persicaires), les fleurs ouvragées et ponctuées des lis crapaud (tricyrtis), les sedums altiers tels que les incontournables 'Matrona' ou 'Herbstfreude' ou encore les aconits d'un bleu profond.

Ajoutez à votre décor quelques pieds de Chelone rose ou fleur–tortue et les grandes marguerites jaunes des soleils vivaces pour parachever un tableau fourni et multicolore de floraisons.
N'oubliez pas pour autant les plantes bulbeuses tardives que sont les crinums aux grandes crinolines blanches ou roses, au divin parfum, les nérines en houppettes roses et frisées, les fleurs de crocus jaune du Sternbergia lutea. Toutes formeront en quelques années des touffes généreuses et accommodantes.

Pensez aux fructifications !

La nature en automne regorge de trésors aussi beaux que bons. Les baies, fruits, grappes… apportent une autre dimension au décor, accrochent aux branches perles, bijoux et pampilles. Pourquoi donc s'en priver ?
Pensez alors aux pommiers d'ornement, au mauve vif des glomérules de Callicarpa, aux pendeloques rubicondes des viornes.
Mais connaissez-vous pour autant la beauté des fruits du Clerodendron trichotomum ou encore la joliesse des baies des fusains, surnommées familièrement "bonnets d'évêque" ?

Un jardin d'automne...

Contrastes, formes et textures

Afin de mettre en valeur cette débauche étourdissante de couleurs, rien de tel que des plages vertes pour reposer le regard, jouer des contrastes, mettre en valeur les moindres teintes inouïes. En cela les végétaux persistants s'avèrent fort précieux. Les intemporels buis et lierres, les conifères, les haies impavides seront autant de repères indispensables pour décrypter, mettre en scène les transformations alentours. Ces éléments classiques marquent aussi l'échelle et les différents plans d'un jardin, ils en accentuent le relief, en révèlent le dynamisme saisonnier.

Les graminées jouent également un rôle prépondérant. Si certaines arborent de belles couleurs automnales avec des chaumes rouges (Panicum, Imperata), blonds ou dorés (Molinia, Miscanthus) … leurs inflorescences sont autant de gerbes, de faisceaux, d'écouvillons très graphiques, se jouant des lumières rasantes et tonifiant ainsi les massifs par trop empesés. Le naturel souple de leur mise est ainsi gage de légèreté et de ballets gracieux sous l'impulsion du moindre vent.

La beauté d'un jardin d'automne tient à cette heureuse alchimie de végétaux divers et variés modulant leurs formes, textures et couleurs en des compositions vivantes et vibrantes bien qu'éphémères. Il n'y a rien de tel pour faire ressortir une vieille grille rouillée, des meubles patinés, un fer forgé ouvragé. Alors, le grain de la pierre chante aussi des alternances sec/humide au gré d'une météo fantasque pour composer des instants inoubliables de pure magie.

Philippe Ferret