Les méthodes de désherbage sont nombreuses et variées, allant du simple arrachage à la main au désherbage thermique ou aux produits phytosanitaires, qu’il est cela dit préférable de n’utiliser qu’en connaissance de cause et parcimonieusement.

- Désherbage manuel : à faire plutôt avec un outil, comme un couteau, pour les vivaces, les annuelles par contre sont “détruites” lorsqu’on arrache leurs parties aériennes, à faire de préférence avant qu’elles ne grainent !

- Le binage est un bon geste, à répéter régulièrement pour profiter de ses bienfaits : en cassant la croûte qui se forme à la surface du sol, vous obtenez une terre plus meuble et aérée et donc plus facile à travailler : les adventices seront plus faciles à enlever avec leurs racines profondes.

- La méthode du faux-semis a fait ses preuves : préparez votre sol au préalable des semis et arrosez, vous verrez rapidement apparaître des petites pousses faciles à supprimer.

- Les paillis en couches épaisses et autres couverts : pour se développer, les adventices ont besoin de lumière, un paillis très épais de BRF, paille, feuilles mortes, frondes de fougères, parmi tant d’autres, peuvent limiter considérablement la pousse des plantes indésirables, et le “petit” plus, ces paillis amendent le sol en se décomposant. Autre possibilité pour couvrir le sol, tapis, bâche, plastique ou cartons sont très efficaces. On peut aussi planter des engrais verts, qui, comme les paillis organiques, apportent des nutriments au sol, et certains ont en plus des racines puissantes qui cassent les mottes. De nombreuses plantes sont des efficaces couvre-sols.

- Les astuces : l’eau de cuisson des pommes de terre, mais aussi des légumes en général est réputée pour être un efficace herbicide.

- Le désherbage thermique : détruisant jusqu’aux racines sans porter atteinte aux végétaux voisins, cette méthode demande temps et précision mais est efficace à plus ou moins long terme.

Avant de supprimer ces indésirables, il faut se demander si elles le sont vraiment, certaines sont en effet utiles, soit pour la biodiversité, soit pour la faune, et même pour nous si elles ont des propriétés médicinales, culinaires, voire esthétiques !
Il faut donc peser le pour et le contre, car elles protègent la surface du sol, leurs racines le travaillent en profondeur, elles fournissent de l’humus lors de leur décomposition, elles abritent des auxiliaires du jardin. Autre avantage, elles sont souvent bio-indicatrices.