Le fusain est un arbuste qui a tendance à s’étaler, garnissant vite un massif ou une rocaille de son feuillage panaché, aux couleurs automnales vives. Peu exigeant, il pousse facilement dans presque toutes les régions de France.

Euonymus fortunei ‘Harlequin’

Beau petit arbuste

Arbuste ou arbrisseau, le fusain est apprécié pour son feuillage – persistant ou caduc – décoratif, ses couleurs automnales et ses fruits. Il peut former des haies de 1,50 à 1,80 m ou une bordure. Il est parfait pour garnir un massif ou une rocaille.
Le fusain peut aussi être cultivé en pot. Prévoyez alors un bac d’environ 40 cm de profondeur et de large. En alignement, espacez bien les pieds car le fusain a tendance à s’étaler et a besoin d’air. Sa forme évasée lui fera préférer une plantation en sujet isolé. Sa hauteur à maturité est très variable : de 50 cm à 3 m pour les espèces les plus courantes et jusqu’à 6 m pour les grands comme le fusain ailé Euonymus alatus.
De rustique à semi-rustique, le fusain pousse à peu près partout en France. Le fusain du Japon Euonymus japonicus est capable de résister à des températures négatives allant jusqu’à -15°C. Il se plaît dans les jardins d’altitude.

Ses atouts

Chez certaines espèces, les rameaux du fusain ont la particularité de présenter des ailes liégeuses sur toute leur longueur. Les feuilles sont de forme simple, à marge dentelée généralement. Chez les espèces caduques, elles se parent de couleurs très vives en automne avant de tomber. Elles sont vert sombre luisant, vert panaché de crème ou de jaune vif comme chez le fusain doré (Euonymus japonicus ‘Aureomarginatus’ ou marginé de blanc-crème comme les variétés ‘Bravo’ et ‘Président Gauthier’, jaunes, roses, violettes, lilas pâle, orangées, pourpres ou écarlates.
Les fruits capsulaires s’ouvrent en automne et leurs graines attirent les oiseaux par leurs couleurs très vives : jaune éclatant, rouge vif, rouge corail, orangé qui contrastent avec le rouge de leur enveloppe. Chez le fusain d’Europe Euonymus europaeus, ses fruits font penser à un bonnet, lui valant le surnom de « bonnet carré » ou « bonnet d’évêque ». On peut faire de beaux bouquets avec les rameaux qui portent des fruits encore à peine ouverts.
Quant aux fleurs, elles passent inaperçues ; disposées en petits groupes, elles sont verdâtres ou jaunâtres.

La place qu’il lui faut

Le fusain a besoin de saisons bien marquées, c’est-à-dire une période de froid suivie d’une période de chaleur. Ainsi, il peut se plaire dans toutes les régions, sauf dans le Midi où il craint la canicule. En général, il n’apprécie pas une période prolongée de chaleur intense et sèche.
Cet arbuste réclame indifféremment une situation au soleil ou à mi-ombre, les espèces panachées auront une préférence pour une situation à l’abri et à mi-ombre. Le fusain se plaît dans tout sol ordinaire même calcaire, du moment qu’il est riche, frais et bien drainé. On veillera à ce qu’il ne soit pas trop sec pour les espèces persistantes plantées en plein soleil.
A la plantation – au printemps de préférence – ajoutez du terreau. De même en pot, où on le plantera dans un mélange à parts égales de terre de jardin et de terreau pour rosiers.

Quelques soins

Pour équilibrer sa forme, on appliquera aux fusains à feuilles persistantes une taille dite de nettoyage ou d’entretien, au printemps et en automne. Chez les espèces à feuilles caduques, on taillera plus sévèrement à la fin de l’hiver. Les nouvelles pousses porteront alors des feuilles aux couleurs plus vives et la base ne se dégarnira pas.
Dans les premières années, débarrassez la base du jeune arbuste de toutes plantes potentiellement concurrentes. Minimisez les arrosages pour un jardinage éco : binez le sol au printemps et paillez en été pour garder l’humidité. Une fois par an, au printemps, apportez un peu d’engrais complet.

Fusain malade ?

Euonymus japonicus ou fusain du Japon est victime des attaques de cochenilles. Ces petits insectes piqueurs et suceurs de sève s’en prennent aux feuilles qui deviennent collantes, et au final affaiblissent toute la plante. Il existe des solutions écologiques pour y remédier comme se procurer son prédateur naturel : la Cryptolaemus, une coccinelle australienne noire tachetée de blanc, extrêmement vorace. On peut également avoir recours à un piège à mâles. Attirés par des phéromones (hormones sexuelles), les insectes se retrouvent collés au support.
L’oïdium peut également s’attaquer au fusain. Cette poudre blanche sur les feuilles est due à un champignon et peut être traitée simplement avec du petit lait ou du lait écrémé dilué : 1L de lait pour 9 L d’eau.
Les espèces caduques, plus particulièrement, peuvent être attaquées par les pucerons noirs. Ces petites bêtes qui se voient à l’œil nu, se cachent sous les feuilles, près des nervures. Pour vous en débarrasser de manière bio, pulvérisez de l’eau savonneuse, ou un mélange eau et huile d’olive qui en plus, nourrira votre plante. Assurez-vous de posséder quelques coccinelles qui préviendront toute prolifération de ces petites bêtes.
Un petit papillon blanc à points noirs s’attaque préférentiellement au fusain : il se nomme "hyponomeute du fusain". Sa chenille est de couleur ocre et à tête noire. Très vorace, elle dévore les feuilles au printemps (vers mai-juin). Étant donné que la chenille ne quitte pas la plante en hiver (sa période de repos), il se révèle aisé de l’éliminer à cette époque de l’année avec un insecticide.

CARACTÉRISTIQUES
Hauteur à maturité : 0,3 m
Zones climatiques France : méditerranéen, océanique, moyen, continental, montagnard
Rusticité : rustique
Composition du sol : normal, argileux, calcaire, sableux, terre de bruyère, riche en humus
PH du sol : neutre, acide, alcalin
Humidité du sol : normal, humide
Exposition : soleil, mi-ombre
Utilisation en jardin : massif, haie, isolé
Utilisation pour la maison : terrasse
Couleur feuille : vert, panaché
Feuillage : persistant
Période de plantation : toute l'année hors gel
Niveau de soin : très facile
Arrosage : normal
Utilisation : jardin
Saison d'intérêt : printemps, été, automne, hiver