L'article a bien été ajouté au panier
Accueil > Magazine et conseils > Conseils de jardinage > Fiches plantes > Glycine
Fiches plantes  
Pour connaître tous les secrets des plantes de votre jardin, découvrez nos fiches plantes.

Glycine

La glycine est une plante grimpante et ligneuse, une classique des jardins à la floraison spectaculaire : des grappes de fleurs de plus de 50 cm de long. Elle décore avec une touche de romantisme pergolas, murs ou grillages. On peut aussi la conduire sur tige pour en faire un sujet isolé au milieu d’une pelouse.

Wisteria floribunda 'Caroline'

CARACTÉRISTIQUES

Hauteur à maturité : 15 m
Zones climatiques France : méditerranéen, océanique, moyen, continental
Rusticité : rustique
Composition du sol : normal, argileux, sableux, terre de bruyère, riche en humus
Humidité du sol : normal
Exposition : soleil
Utilisation en jardin : grimpant
Feuillage : caduc
Couleur des fleurs : violet clair
Période de floraison : mai
Période de plantation : toute l'année hors gel
Niveau de soin : facile
Attributs : parfumée
Utilisation : jardin
Forme des fleurs : grappe de 20 à 50cm
Arrosage : modéré

Murs et arches décorés de longues grappes

La glycine décore de sa cascade de fleurs un mur, une arche, une tonnelle ou encore une pergola. Attention tout de même à la qualité du support, ses tiges ont la force de tordre les grilles les plus solides ou de desceller des colonnes trop frêles.
On peut aussi en faire un petit arbre à tige en la faisant pousser le long d’un support durant les premières années et en la taillant de manière appropriée.
La glycine aime les situations ensoleillées et chaudes, à l’abri des vents forts et frais qui peuvent endommager ses boutons floraux à la sortie de l’hiver. Contre un mur orienté à l’ouest, elle profitera du soleil chaud de l’après-midi et de la chaleur emmagasinée. Rustique sous nos climats, la glycine supporte des températures négatives allant jusqu’à -20°C.

Une belle et solide plante grimpante

La glycine, à la différence des autres plantes grimpantes, est capable de s’accrocher à un support placé à l’horizontal ; elle est donc toute trouvée pour encadrer un portail, ou garnir la voûte fleurie d’une allée. On peut palisser la glycine en éventail sur une surface plane équipée d’un treillis ou de fils de fer. Il faut penser à la guider si elle ne s’attache pas à son support d’elle-même, celui-ci pourra faire jusqu’à 15 cm de diamètre, car les tiges qui s’enroulent sur le support se lignifient (produisent du bois) avec les années. Devenant plus fortes, les tiges resserrent leur étreinte sur le treillage.

Plus d’un atout

Au printemps (d’avril à juin), de longues grappes odorantes pendent des branches de la glycine. Chez la glycine du Japon, Wisteria floribunda cv. ‘Macrobotrys’, elles atteignent jusqu’à un mètre. Les fleurs parfumées de la glycine sont bleues, blanches, pourpre foncé, violet clair ou foncé. Certaines espèces doublent même le plaisir, en fleurissant deux fois dans l’année : au printemps puis de nouveau en été. Quant à ses tiges, ligneuses et volubiles, elles peuvent facilement atteindre une longueur de 20 à 25 m, et jusqu’à 30 m chez Wisteria sinensis, la glycine de Chine.
Au printemps, la glycine expose son feuillage vert tendre, qui se fonce en été et se dore en automne avant sa chute hivernale. Ses fruits sont des gousses pendantes évoquant celles des haricots. Parmi les atouts de la glycine, citons le parfum de miel des fleurs roses de Wisteria venusta ‘Rosea’.

Un bon départ

La glycine est à planter au mieux au printemps, sinon toute l’année en dehors des périodes extrêmes (sécheresse, canicule, vents forts). On préféra, au moment de l’achat, une plante dans un conteneur plutôt qu’à racines nues, ces dernières étant lentes à s’établir. La glycine aime la terre de jardin fertile, sableuse et bien drainée. Peu exigeante, elle est capable de pousser en sol sec et même médiocre. Mais elle n’apprécie pas les sols trop lourds et calcaires.
Lors de la plantation, on aménage au fond du trou une couche de drainage, que l’on recouvre d’un mélange de terreau et de terre d’origine. Pour l’aider à s’installer, on incline la motte vers son futur support, on lui donne un peu d’eau, et on paille sa surface sur 5 à 10 cm. On suivra sa croissance si besoin en la palissant.

Quelques soins

La glycine supporte plusieurs tailles dans l’année (3 à 5). Etant d’un naturel désordonné, elle aura besoin d’une coupe pour limiter la prolifération des rameaux latéraux et maîtriser son port sauvage. De plus, la taille favorise la formation de boutons floraux. Au printemps, quand les boutons floraux sont formés, on peut couper les rameaux qui n’en ont pas, cela aèrera la plante. En hiver, on réduira de moitié les pousses terminales et on ne conservera sur chaque pousse latérale que deux yeux. On ne donnera jamais d’engrais à une jeune glycine, cela retarderai sa floraison.

Une glycine malade ?

La glycine peut souffrir de chlorose si elle est plantée en terre calcaire, ses feuilles deviennent alors jaunes. Elle peut également être attaquée par les cochenilles, les pucerons verts et noirs (les coccinelles, leur prédateur naturel, se chargeront d’eux). Mais ils ne se développeront sur la plante que si celle-ci est affaiblie par un manque d’eau, de nutriment, d’aération (elle ne doit pas être collée au mur) ou par une exposition trop chaude et donc trop ensoleillée.
Les limaces et escargots ont la mauvaise habitude de se régaler des jeunes pousses de grimpantes à leur sortie, épuisant la plante à long terme. Contre ces gastéropodes, misez sur leurs prédateurs naturels : hérissons, merles, crapauds et grenouilles. Ils réguleront la population de limaces dans votre jardin. Protégez vos cultures de ces gastéropodes voraces en les entourant de sciure de bois ou des coquilles d’œufs en miettes, des matériaux qui rendent leur progression difficile. Quant au piège à bières, méfiez-vous, il fait polémique. Il semblerait qu’il attirerait plutôt les limaces des jardins alentours...

Un peu de botanique

De la famille des Légumineuses ou Fabacées, le genre Wisteria compte 10 espèces de grimpantes, originaires d’Asie et des Etats-Unis. Elle est arrivée en France en 1816. La fragrance de la glycine est appréciée en parfumerie, elle entre dans la composition des parfums de grandes marques.
Petite anecdote : alors que la glycine du Japon s’enroule sur son support dans le sens des aiguilles d’une montre, la glycine de Chine s’enroule dans le sens inverse.