Le cornouiller est un arbuste intéressant à plus d’un titre et il agrémente joliment haies ou massifs. Très rustique, il ne demande que peu d’entretien et ses exigences sont assez réduites pour que l’on souhaite l’accueillir sans craindre de le délaisser ! Seule la taille est un peu particulière, pour les espèces à rameaux colorés seulement.

Tailler les cornouillers

La taille du cornouiller est plutôt réservée aux espèces à écorce décorative (cornus alba, cornus stolonifera ainsi que les cultivars du sanguinea dont l’écorce est fluo), car elle a l’intérêt de provoquer l’apparition de nouveaux rameaux. Comme ce sont eux qui sont les plus colorés et que c’est un des points forts de cet arbuste, autant ne pas s’en priver ! Mais en plus de l’aspect esthétique, cette taille permet de prolonger la vie des cornouillers alba et stolonifera : les ramifications qui apparaissent à l’extrémité de la souche ou des bois existants deviennent de plus en plus faibles et finissent par faire disparaître la totalité de la branche mère.

Cette taille sévère se pratique en février, juste après le départ de la végétation. Ce sont les rameaux les plus âgés qui doivent être taillés, il faut en supprimer tous les ans le tiers, voire la moitié de ceux qui sont le plus près de la base de l’arbuste. Il ne faut pas égaliser la longueur des rameaux qui sont conservés mais les laisser tels quels, l’apparition de nouveaux rameaux perturberait la repousse à partir de la base et déséquilibrerait le port naturel de l’arbuste. Les arbustes les plus jeunes sont à tailler plus sévèrement en ne laissant que les bois d’un an, et la taille devient plus légère lorsque le cornouiller vieillit. L’écorce se décolorant avec le temps, ne laissez pas en place les rameaux qui ont plus de 3 ou 4 ans.

Le cornouiller mâle se taille au plus tard fin juin ou début juillet car ses rameaux deviennent très durs le rendant difficile à tailler (c’est la raison pour laquelle cet arbuste a été appelé cornus, dur comme de la corne), et les cornouillers à grandes fleurs (cornus controversa, cornus florida, cornus kousa) se taillent en juillet, après la floraison, pour rééquilibrer la silhouette des jeunes sujets et seulement en cas de besoin pour les arbustes plus âgés, si des rameaux se gênent ou pour éliminer les bois morts.

Arrosage et engrais du cornouiller

L’arrosage du cornouiller doit être régulier après la plantation, pendant les deux premières années, par la suite un arrosage quand le temps est très chaud et sec est suffisant. Un paillage est conseillé les deux premières années après la plantation ainsi qu’en hiver et au printemps si le cornouiller a subi une taille sévère.

Un apport de compost mûr ou de fumier bien décomposé à l’automne ou à la fin de l’hiver pour les cornouillers à fleurs ou bien un engrais complet à diffusion prolongée en automne est très profitable.

Les maladies et parasites du cornouiller

Le cornouiller peut être sensible aux attaques des cochenilles. Pour l’en protéger de manière écologique, on peut installer dans son jardin le prédateur naturel de ces insectes, la Cryptolaemus, une coccinelle noire tachée de blanc qui nous vient d’Australie, ou bien utiliser des pièges à phéromones : destinés aux cochenilles mâles, ces pièges collent les insectes au support. Le savon noir est aussi efficace, en dilution de 10% avec une cuillère à soupe de vinaigre blanc et une d’huile végétale par litre d’eau.

L’oïdum est une maladie cryptogamique qui peut infecter le cornouiller. Une pulvérisation de petit lait ou de lait écrémé suffit pour se débarrasser de ce champignon.