L'amandier est un fruitier du Midi à cause de sa floraison précoce, qui le fait craindre les gelées printanières. Toutefois, certaines variétés rustiques peuvent produire au Nord de la Loire. Ses délicieuses amandes à consommer fraiches, ou à conserver sèches, sont une source toujours bienvenue de protéines, fibres, magnésium...

Taille des amandiers

Taille de formation

Les formes les plus adaptées à l'amandier sont le scion, le gobelet, la demi-tige. Rabattez le tronc à 1m ou plus, et ne gardez que 4 ou 5 branches charpentières. Et, n'intervenez pas sur les ramifications naturelles.

Taille d'entretien

Supprimez les pousses qui ont porté du fruit. Aérez le cœur de l'arbre, pour favoriser la lumière sur toutes les ramures ; créez ainsi un puits de lumière.

Maladies des amandiers

L'amandier est sensible aux mêmes maladies et nuisibles que l'abricotier, le prunier ou le cerisier. Gare aux pucerons verts, qui attire la fumagine sur l'arbre. Attention également au "pou de San José", une cochenille recouverte d'un bouclier brun : appliquez le traitement d'hiver des fruitiers, qui tuent ces formes hivernantes présentes sur l'écorce du tronc.

L'amande sèche se conserve très bien

Méfiez-vous aussi du phytopte de l'amandier, dès l'apparition de cette araignée minuscule, et de son épais feutrage blanc virant au brun au revers des feuilles, agissez avec un puissant acaricide.

Récolte des amandes

Un arbre peut produire jusqu'à 50kg de fruits à coque verte, et 8 à 12kg de fruits à coque sèche. L'amande se récolte fraiche, "en vert" en juillet : la coque est verte. Cueillez les amandes à la main, avant leur complète maturité.
Pour la conservation, récoltez les amandes sèches en septembre : la coque se craquèle et montre l'amande. Employez une gaule, un bâton pour frapper les branches et faire tomber les amandes : on parle de "gauler" les amandes.