Haie décorative aussi bien que brise-vent durable pour les jardins de bord de mer, l’éléagnus vous fera profiter de son feuillage doré ou argenté autant que de sa robustesse. Un arbuste à planter dans tous les jardins de France sans restriction.

Elaeagnus x ebbingei 'Gilt Edge'

Robuste

L’éléagnus complète à merveille un massif d’arbustes. Il peut aussi garnir un balcon, car il vient bien en bac. L’espèce la plus courante Elaeagnus × ebbingei peut être taillée en boule. Il peut arriver que cette espèce perde ses feuilles en climat froid. De rustique à semi-rustique, l’éléagnus se plait même sous des climats difficiles. Les espèces à feuillage persistant en particulier sont capables de résister à l’air salin, au sable, à la pollution, à la sécheresse, au vent et aux tailles répétées.
A maturité, l’éléagnus atteint 1 à 5 m de haut et de large. On limitera sa hauteur à 1,50 m en haie taillée. C’est une plante idéale pour former des haies compactes et durables, ainsi que d’excellents brise-vents. En jardin de bord de mer, elles se révèlent des abris efficaces contre le vent salin. Des plantes plus fragiles peuvent alors pousser sous leur protection.

Ses atouts

L’éléagnus est un arbuste remarquable par l’aspect brillant de ses feuilles, de ses jeunes tiges, de ses boutons floraux et de ses fruits recouverts par de minuscules écailles argentées ou brun rouille.
Ses feuilles sont caduques ou persistantes, lustrées vert foncé et, selon les variétés, bordées de jaune doré chez Eleagnus × ebbingei ‘Gilt Edge’ ou, chez ‘Limelight’, avec une panachure centrale dorée.
Ses petites fleurs discrètes sont souvent odorantes, d’un blanc argenté, ou jaune crème (argentés à l’intérieur), du milieu à la fin de l’automne.
Ses fruits rouges ornementaux sont comestibles chez certaines espèces comme Elaeagnus angustifolia.

Partout

Vigoureux et peu exigeant, l’éléagnus se plaît sous n’importe quelle exposition, il a tout de même une préférence pour le soleil, l’ombre lui faisant perdre de sa compacité. Toute bonne terre de jardin convient, même un sol sableux ; l’important étant un sol bien drainé (les éléagnus craignent l’humidité stagnante). Les espèces caduques en particulier se comportent bien dans les sols secs et pauvres, voire caillouteux et arides. La plantation de l’éléagnus en bac se fait toute l’année.
L’éléagnus peut souffrir de chlorose : ses feuilles jaunissent rapidement puis sèchent et tombent. Deux raisons possibles à ce phénomène : une carence en fer du sol, faites alors des apports ; ou, plus grave, une attaque de psylle (insecte suceur de sève). Dans ce dernier cas, vous observez alors sur les tiges et les feuilles un dépôt noirâtre. Les coccinelles, les syrphes et les chrysopes de votre jardin se révèlent de bons prédateurs de la larve de psylle. Mais si l’insecte est déjà passé à l’âge adulte, il vous faudra avoir recours à un traitement au pyrèthre et roténone.

Quelques gestes

L’éléagnus se prête très bien à la taille. Les espèces persistantes pourront être taillées tout au long de l’année pour rectifier leur port. Chez les espèces caduques, on coupera les pousses en surnombre ou mal placées au départ de la végétation en février-mars. A cette même époque, une taille sévère peut se révéler nécessaire pour garder un port buissonnant. Enfin, chez les espèces à feuillage panaché, coupez les rameaux qui présentent des feuilles unis dès qu’elles apparaissent.
Facile à vivre, l’éléagnus est peu sensible aux maladies. Par contre, ses feuilles mettent trop de temps à se décomposer, ne les utilisez pas pour le compost.

Une espèce à part : l’olivier de Bohême

Le feuillage et le port d’Eleagnus angustifolia rappelle l’olivier. Encore appelé chalef à feuilles étroites, cet arbre atteint 7-8 m de haut ; il réclame des étés chauds et secs et craint les fortes gelées. On le retrouve en Europe méridionale et jusqu’en Chine. Assez rustique dans une bonne partie des régions de France, il préfère les jardins du littoral méditerranéen.
A la fin du printemps et au début de l’été, des fleurs crème s’épanouissent en bouquets parfumées, elles sont suivies de fruits jaunâtres comestibles. Son feuillage argenté lui a également valu le surnom d’"arbre d’argent", il est légèrement aromatique.
Au jardin, l’olivier de Bohême forme un brise-vent efficace ou une haie libre et défensive par ses épines et sa compacité. Pour favoriser la ramification, taillez les pousses les premières années d’un tiers de leur longueur. Et pour un beau petit arbre, supprimez les drageons apparaissant à la base.

CARACTÉRISTIQUES
Hauteur à maturité : 2-3 m
Largeur à maturité : 1,5-2 m
Origine : Asie/Europe/Amérique du Nord
Zones climatiques France : méditerranéen, océanique, moyen, continental
Rusticité : rustique
Composition du sol : normal, argileux, calcaire, sableux, terre de bruyère, riche en humus
PH du sol : neutre, acide, alcalin
Humidité du sol : normal, sec
Exposition : soleil, mi-ombre
Utilisation en jardin : massif, haie, bord de mer, isolé, bac
Couleur feuille : vert, doré, panaché
Feuillage : persistant
Couleur des fleurs : blanc
Période de floraison : septembre, octobre
Période de plantation : de novembre à mars hors gel
Niveau de soin : très facile
Arrosage : normal
Attributs : parfumée
Utilisation : jardin
Fruits : pas comestible
Saison d'intérêt : automne