En toutes régions, les amateurs d'exotisme peuvent donner libre cours à leur imagination en employant des plantes à l'allure dépaysante. Choisissez bien sûr l'endroit le plus protégé et le plus ensoleillé de votre jardin pour acclimater ces plantes-trésors.

Composer un jardin exotique

Pour commencer, qu'y a-t-il de plus exotique qu'un palmier ? Justement, le Trachycarpus fortunei ou palmier à chanvre est le plus rustique d'entre eux car il se plaît même sous le climat parisien où il forme, avec l'âge, des hauts troncs couronnés d'un gros toupet de palmes vertes.
Le Fatsia japonica que l'on cultive aussi en appartement, est un précieux cousin des nos lierres, avec de grandes feuilles palmées, persistantes. Il s'accommode bien, à l'extérieur, des endroits protégés du vent et mi-ombragés. Il fleurit en outre en automne en grandes panicules blanches.
Certains arbres bien rustiques montrent un look étonnant. Tel est le cas de l'ailanthe ou "arbre du Paradis" aux grandes feuilles composées ou du Catalpa et du Paulownia aux feuilles énormes. Ces trois arbres prendront place aussi dans les petits jardins si vous retaillez chaque année leurs branches juste au-dessus des fourches (rabattage drastique). Leurs feuilles n'en seront d'ailleurs que plus énormes.

Les palmiers donnent un effet exotique immédiat à votre jardin !

L'angélique de Chine (Aralia elata) est, quant à elle, très architecturale et parfaitement rustique elle-aussi avec ses troncs épineux et ses couronnes terminales de grandes feuilles composées, vertes ou panachées de crème ou de jaune selon les variétés.
Pourquoi ne pas essayer aussi un bananier ? Musa basjoo s'avère des plus rustiques et capable de constituer rapidement de véritables bosquets repoussant du sol chaque année. Il suffit d'emmitoufler sa souche sous un épais matelas de feuilles mortes dès l'automne pour le conserver de nombreuses années durant.

Les bambous feront, à n'en point douter, beaucoup d'effet. Contentez-vous des formes les plus dociles, peu envahissantes, comme le Sinarundinaria murielae à l'allure légère et aux frêles cannes dorées.
Parmi les autres graminées exubérantes, pensez à la canne de Provence avec sa superbe forme panachée et aux eulalies, ces Miscanthus à la mode dont certains atteignent plus de deux mètres de hauteur.
Les recoins les plus secrets et abrités, retenant bien la fraîcheur et à mi-ombre pourront même accueillir la sublime fougère arborescente aux frondes d'une infinie délicatesse et au tronc solide et sombre (Dicksonia antarctica).

Kniphofia

Des vivaces hautes en couleurs

Les tisons de Satan orangés (Kniphofia cv.), les lis du Nil aux grandes ombelles bleues (Agapanthus), les arums aux grands cornets blancs Zantedeshia, le Crocosmia 'Lucifer' d'un rouge vibrant feront belle figure dans vos massifs. Avec un épais paillis hivernal, nul doute que vous acclimatiez aussi sans problème, en terre bien drainée et au soleil, le sublime Melianthus major au feuillage composé et découpé, d'un bleu d'acier.

Réservez toutefois aux climats doux les touffes imposantes du lin de Nouvelle-Zélande (Phormium) aux nombreuses variétés à feuilles dressés et colorées.

Pour une véritable tapisserie végétale

Parmi les lianes, laissez-vous séduire par la vigne Vitis coignetae, aux feuilles également énormes et à la végétation puissante, à tel point qu'elle peut envahir un grand arbre. Bien maîtrisée, elle apporte un effet indéniable.
La clématite armandii s'avère précieuse par son feuillage vernissé et surtout persistant ainsi que pour sa floraison parfumée, blanche dès février-mars.
A moins que vous ne préfériez tout simplement les dentelles de la Passiflora caerulea, généralement bien rustique même au nord de la Loire.

Hibiscus syriacus 'Hamabo'

Des décors saisonniers

Parmi les plantes annuelles à croissance rapide et étonnante, n'oubliez pas les ricins sanguins à feuilles bronze ou de Zanzibar, bleutés, pouvant atteindre plus de deux mètres de hauteur.
Complétez avec des plantations saisonnières de cannas géants à feuilles vertes, pourpres ou panachées et aux fleurs exotiques. En région océanique et dans le Midi, les souches de cannas peuvent rester en terre toute l'année. Ailleurs, traitez-les comme les dahlias et rentrez leur souche à l'abri en hiver. A défaut, procurez-leur un épais paillis protecteur.
Si vous possédez une véranda ou un garage hors-gel et éclairé, vous pourrez aussi sortir, le temps des beaux jours, des potées de trompettes des anges parfumées (Brugmansia ou Datura) et de lauriers roses, voire également vos hibiscus d'appartement.

Philippe Ferret