Sponsorisé par Solabiol
récolte du potager

Aller chercher au potager quelques légumes est en soi un réel bonheur et est très gratifiant. Mais avec de bons gestes et quelques soins adaptés, et bien sûr une bonne mise en place du potager, les quelques légumes se transforment en une belle et goûteuse production qui vous remplira de fierté. C’est vous qui l’avez fait !!

Un potager parfait !

L’exposition

L’exposition et l’orientation du potager sont primordiales pour une bonne production, la plupart des légumes ayant besoin de soleil pour bien fructifier. Une exposition au Sud ou à l’Ouest est idéale, et pensez également à protéger vos plantations des vents dominants, en plaçant une haie par exemple. Un mur orienté au Sud est également propice à être longé d’un potager, particulièrement pour tous les “légumes du soleil” : tomates, aubergines, poivrons, etc.

Le sol

La qualité du sol est également très importante, une de ses qualités essentielles étant de procurer un bon drainage. Un sol mal drainé gardera une humidité néfaste, voire fatale, aux systèmes racinaires de vos légumes.

  • Un sol argileux, fertile mais qui durcit en séchant, verra sa structure améliorée par des bêchages à l’automne et par des amendements de matière organique et de sable.
  • Un sol sableux, trop perméable et pauvre, doit être enrichi par des apports de compost.
  • Un sol limoneux est un sol presque parfait, qui aura juste besoin d’être enrichi régulièrement et protégé par un épais paillis car les éléments nutritifs sont lessivés par les pluies.
qualité du sol

La préparation du terrain

1. Désherbez vos futures planches à la fin de l’été, et bêchez pour pouvoir éliminer toutes les racines. Peu de temps après, le sol nu provoquera la levée du reste des indésirables (faux-semis), que vous pourrez facilement supprimer à l’aide d’une griffe. Vous pouvez également couvrir le sol de vos planches avec des cartons ou une bâche, au bout de quelques mois les herbes indésirables auront disparu !!

2. Un amendement peut être réalisé en automne selon la nature de votre sol pour améliorer celui-ci.

3. Le gel va, au cours de l’hiver, commencer à briser les mottes, mais il faudra terminer cette tache une fois l’hiver fini et ôter tous les cailloux et éventuels restants de racines.

engrais potager avec Osiryl 1,5kg Novajardin

4. Il est ensuite nécessaire d’apporter des éléments nutritifs à la terre, par un engrais organique de fond qui enrichira la terre, environ 2 mois avant le début des plantations afin qu’il ait le temps d’être minéralisé par les micro-organismes du sol, qui le rendent ainsi assimilable par les plantes. Une fois l’engrais épandu, intégrez les à la terre légèrement à l’aide d’une griffe. Les engrais sous forme de granulés sont faciles à utiliser par mauvais temps. Si vous n’avez pu vous y prendre assez tôt, il vous faudra vous tourner vers des engrais à libération rapide comme le sang séché.

Un système d’arrosage idéal

Comme tous les végétaux, les légumes ont besoin d’eau pour se développer et pour fructifier, les légumes à grandes feuilles et les légumes fruits étant les plus assoiffés. Selon la configuration de votre terrain, la nature de votre sol (un sol sableux est très drainant et ne retient absolument pas l’eau) et votre disponibilité, un arrosage enterré ou un système de goutte-à-goutte peut vous être très utile !

  • Vous voulez arroser manuellement, pour donner à chacun ce dont il a besoin. Il vous faut, à distance raisonnable, une sortie d’eau sur laquelle vous brancherez un tuyau d’arrosage. Remplir des arrosoirs au fur et à mesure est également faisable, mais plus contraignant et fatiguant, surtout si votre terrain est en pente !
  • Vous aimez le tout automatique ou bien vous manquez de temps : un arrosage enterré avec un programmateur est l’idéal.
  • Vous préférez économiser de l’eau : un récupérateur d’eau de pluie et un arrosage goutte-à-goutte sont associés pour un apport d’eau constant et doux, qui convient très bien aux jeunes plants.

Un paillis organique au sol présente de multiples avantages : il protège le sol des précipitations, diminue fortement l’évaporation de l’eau (tout dépend de son épaisseur, 10 cm étant une bonne moyenne), enrichit le sol en se décomposant, permet de recycler vos déchets de tonte, vos tailles d’herbacées, les fanes de légumes etc.

Les légumes et leur entretien

Planter des légumes

Avant d’être mis en terre, les plants seront placés dans une bassine d’eau, pour que racines et substrat soient gorgés d’eau. Évitez de cultiver les mêmes légumes au même endroit plusieurs années d’affilée. Au niveau des nutriments, hormis pour les productions les plus gourmandes, un potager individuel n’est pas très demandeur de ressources et les quantités cultivées généralement pas assez importantes pour épuiser le sol. Par contre le risque de maladies et de parasites spécifiques à certains végétaux rend très salutaire la rotation des cultures.

Les associations

Il y a des associations malheureuses entre les légumes : ne plantez pas d’alliacées comme l’ail, les échalotes, les poireaux, auprès des légumineuses : haricots, pois, fèves, ces derniers auraient un développement moindre. Les tomates et courgettes ne se plaisent pas du tout auprès des concombres. Les bettes et les betteraves n’apprécient pas l’épinard, qui émet une substance qui les perturbe. Et parfois ce sont des légumes de la même famille, voire très proches, qui ne se supportent pas, comme les haricots à rame et les haricots nains, ou bien les diverses variétés de choux.

Par contre, certaines associations sont très fructueuses : les légumes-feuilles se plaisent auprès des tomates, aubergines, poivrons, pommes de terre ; les légumes-racines forment un beau couple avec les bulbes des aulx, des oignons, échalotes ; les légumineuses (les plantes à gousses) tiennent compagnie aux légumes fruits car ils ont les mêmes besoins. Certains ont un effet protecteur sur leurs compagnons de planches potagères : les alliacées repoussent la mouche de la carotte et celle-ci fait fuir la mouche qui attaque ail, oignon et consorts, la tomate éloigne la piéride du chou, les tomates sont sauvées des nématodes par le basilic et les œillets d’Inde, la sarriette dissuade les pucerons de s’approcher des haricots.

Entretenir plants et potager

L’arrosage

Les arrosages sont différents entre la saison estivale et les saisons intermédiaires, printemps et automne, autant en terme de quantité que de moment de la journée.

  • En automne et au printemps, les arrosages sont normalement moins abondants et fréquents, en raison des pluies plus régulières, vous n’arroserez que si le temps reste au sec. À cause de la différence de température entre le jour et la nuit, les arrosages se font plutôt le matin, pour éviter cette froide humidité dans la terre, au niveau des racines, et au refroidissement que cela peut engendrer autour des plants.
  • En été, les arrosages sont plus réguliers et copieux, mais préférez, pour les légumes à racines profondes comme tomates, courges, courgettes, melons, aubergines, de très gros apports d’eau 1 à 2 fois par semaine plutôt qu’un peu d’eau tous les jours. Le meilleur moment de la journée est le soir, pour éviter l’évaporation due à la chaleur. Si vous arrosez le matin ou dans la journée, faites attention aux feuilles qui risqueraient d’être grillées par le soleil, et de toute façon le feuillage doit être préservé de l’arrosage en raison des maladies cryptogamiques qui pourraient y trouver un environnement de développement favorable.
arrosage du potager

Fertilisation et santé du sol

  • Une fois les plants en terre, fertilisez les plus gourmands d’entre eux, notamment les légumes-fruits à l’aide d’un engrais potager complet.
  • Lorsqu’une de vos planches de culture se retrouve vide, ne laissez pas le sol nu. Cela favorise la création d’une croûte qui empêche l’eau et l’air de pénétrer dans le sol, les micro-organismes qui travaillent en surface ne peuvent donc accomplir leur tache. Selon la nature du sol, les éléments nutritifs peuvent également être lessivés par les pluies. Préférez garder toujours le sol occupé : les engrais verts couvrent la surface, les racines ameublissent le sol, et ils apportent des nutriments en se décomposant. Le compost en surface, les paillis organiques, le fumier, nourrissent et améliorent la terre en se décomposant.