Sponsorisé par Solabiol

Très faciles à cultiver, les fraises sont appréciées des plus petits aux plus grands. Une fois plantés, les fraisiers apprécient le soleil, les arrosages sans excès et les terres bien riches, et un bon voisinage leur rendra de multiples services. Gourmands, ils ont besoin d’être bien fertilisés pour donner en quantité de bons et savoureux fruits.

Comment avoir de belles fraises ?

La plantation des fraisiers

Où et quand planter ses fraisiers ?

C’est en automne qu’il est conseillé de planter ses fraisiers, la terre garde encore la chaleur de l’été et ils auront le temps de bien s’installer avant le froid de l’hiver, mais il est également possible de planter au printemps, surtout les fraisiers remontants et les fraisiers des 4 saisons.

Les fraises apprécient les sols frais, riches en humus et drainants, plutôt acides (un PH entre 5.5 et 7 est idéal), et les expositions ensoleillées, mais non brûlantes en été, surtout dans les régions les plus méridionales. Par contre ils ont besoin d’un temps bien froid en hiver, durant leur période de repos.

Une plantation réussie

  1. Préparez bien votre terrain en le nettoyant et en l’aérant correctement. Dans l’idéal, c’est un mois à l’avance que vous travaillerez vos planches, en y incorporant compost et/ou engrais de fond. Vous pouvez réalisez des buttes de 20 cm de haut avec une terre bien décompactée, les fraisiers apprécieront : l’eau s’en écoule rapidement et la terre se réchauffe plus facilement.
  2. Réalisez un trou pour chaque fraisier, en plaçant au fond un fertilisant organique, du compost ou un fertilisant naturel bien équilibré qui se diffusera lentement. Les plants doivent être installés à une trentaine de centimètres de distance les uns des autres.
  3. Les plants à racines nues doivent être placés dans un trou assez large pour que les racines puissent être bien étalées. Pour les plants en godets, humidifiez bien la motte avant la plantation. Le collet ne doit pas être enterré.
  4. Supprimez les éventuelles fleurs des fraisiers avant la plantation si celle-ci se fait au printemps.
  5. Comblez les trous, avec avec du compost si possible, puis tassez bien autour du plant et réalisez tout autour une cuvette qui permettra à l’eau de profiter au bon endroit. La terre doit être gardée humide jusqu’à ce que les premières gelées arrivent.

À savoir : la plantation des fraisiers sur un film plastique biodégradable est judicieuse : celui-ci empêche la pousse des adventices, garde l’humidité et protégera les fruits du contact avec la terre.

Des bonnes et mauvaises compagnes

Les fraisiers apprécient la proximité :

  • des épinards,
  • des alliacées : ail, oignon, ciboulette, poireau, ont la propriété de protéger les fraises de la maladie de la pourriture grise et l’ail est généralement un bon répulsif contre les insectes.
  • de la bourrache et autres fleurs qui attirent nombre d’insectes pollinisateurs.
  • ou encore des laitues, qui vont avoir les faveurs des limaces.

Par contre évitez de les planter près des choux et autres brassicacées et des petits pois.

Entretenir les fraisiers

Une couche de paillis, broyat de bois, terreau, paille, est efficace pour protéger vos plants du froid, même si vous avez installé vos fraisiers sur un film plastique. Au printemps et en été, elle limitera la pousse des adventices et protégera de l’évaporation trop rapide de l’eau d’arrosage.

À savoir : les aiguilles de pin sont réputées pour renforcer le parfum des fraises et peuvent être utilisées comme paillis.

Arrosez régulièrement dès qu’il fait sec, excepté lorsqu’il gèle, pour que le sol reste humide mais il ne doit pas non plus être détrempé, les fraisiers n’apprécient pas les excès d’humidité. Faites attention de ne pas arroser le feuillage, pour éviter l’apparition du mildiou.
Maintenez le sol aéré et sans adventices. Si vous n’avez pas installé de couche protectrice au pied de vos fraisiers, le binage sera votre allié, à faire régulièrement d’autant qu’il permet à l’eau de mieux s’infiltrer dans le sol.
Vous supprimerez les stolons au fur et à mesure, ils épuisent la plante qui ne produit plus ni fruit ni fleurs, à moins de vouloir multiplier vos pieds. Dans ce cas, séparez le stolon du pied mère dès qu’il a suffisamment de racines.
Après une plantation printanière, vous pourrez supprimer les premières fleurs, votre récolte sera plus généreuse.
Examinez régulièrement vos plants, l’apparition de toute maladie doit être traitée immédiatement. Par contre traitez seulement lorsqu’il n’y a ni fleurs ni fruits, par du soufre naturel en cas d'oïdium et par de la bouillie bordelaise contre le mildiou. Les limaces sont également à surveiller, elles sont friandes des jeunes feuilles.
Les gelées printanières peuvent être destructrices pour la floraison, prévoyez une protection.
En automne, nettoyez vos fraisiers en supprimant les feuilles sèches et malades, ainsi que les fruits qui n’auront pas le temps d’arriver à maturité.

Une bonne fertilisation

Les fraisiers ont besoin de beaucoup de minéraux, c’est pourquoi on les plante dans un substrat riche en matière organique qui va leur apporter les éléments nécessaires pour une année de culture. Il faudra les années suivantes apporter de nouveau ces éléments.
Leurs besoins sont différents selon les périodes : le potassium est nécessaire pour un bon développement des fruits, alors que l’azote est utile en fin de saison. Vous pouvez apporter cette fertilisation de diverses manières :

  • Un fertilisant approprié mélangé à l’eau d’arrosage.
  • Un engrais organique à libération lente intégré au pied des plants.

L’engrais fraisier NPK 3-2-5 Solabiol est un engrais naturel, qui apporte du potassium pour favoriser la croissance des fleurs et des fruits, de l’azote pour le développement des parties aériennes, du phosphore pour un système racinaire fort et une bonne résistance aux maladies. Il comporte également du magnésium qui aide au processus de fabrication de la chlorophylle.
Cet engrais apporte en plus un stimulateur de croissance : des enzymes naturelles qui aident au développement du système racinaire en créant autour de lui un environnement propice à ce développement.
Il s’utilise principalement lors de la plantation et y remplace le compost, mêlé au substrat. Par la suite, vous pouvez en ajouter après la première récolte en l’épandant autour du pied et en l’intégrant par griffage.