Comme chacun sait, le colchique annonce l’automne, il parsème nos pelouses de taches de couleur durant cette saison où toute la végétation commence à ralentir. Avec ses fleurs en corolle, le colchique est d’un entretien très simple et se naturalise dans les jardins.

Colchicum speciosum

Le colchique au jardin

Cette petite fleur rose, plus rarement blanche, s’épanouit dès le début de l’automne, jusqu’aux premières gelées. Sa floraison est spectaculaire car elle naît très rapidement, parfois dès le mois de septembre. Il existe aussi quelques variétés de colchiques qui fleurissent en été ou au printemps.

Les cormes donnent des fleurs de 15 à 20 cm de hauteur, généralement simples mais qui peuvent aussi être doubles, de couleur variant entre le lilas, le mauve, le rose et parfois le blanc.

Très simple à cultiver, il a une préférence pour une exposition ensoleillée et se naturalise facilement dans tout sol ordinaire assez pauvre, normal à humide mais bien drainé comme la plupart des plantes à bulbes. D’apparence fragile, le colchique est pourtant très rustique, jusqu’à -24° pour certaines espèces.

Comment et quand le planter ?

L’été est le meilleur moment pour planter le colchique, mais la plantation peut se faire jusqu'à fin octobre.
Le corme doit être enterré assez profond, la terre doit le recouvrir d’une petite dizaine de centimètres, et il faut laisser 15 cm entre les cormes. Un peu de sable au fond du trou permettra un meilleur drainage.

L’entretien du colchique

- Attendez que son feuillage soit desséché si vous souhaitez couper ses feuilles.
- Le binage participe à une floraison abondante s’il est effectué régulièrement.
- L’arrosage au pied peut être nécessaire si le temps est très chaud et sec.
- Le colchique est très résistant aux parasites et aux maladies, et même si limaces et escargots aiment le grignoter, ils ne lui font pas grand mal.
- Sa division a lieu durant une des périodes de repos végétatif, à la sortie de l’hiver ou en été, mais l’été est préférable car les cormes doivent être plantés dès que possible, pour ne pas sécher.
- Il est aussi possible de semer le colchique.

Les conseils du paysagiste

Le colchique mérite d’être planté en petits groupes pour créer des tâches de couleurs, qui vont s’étendre d’année en année. Pour un effet plus naturel, jetez les cormes au sol et plantez-les là où ils sont tombés.

Son aspect très naturel le place souvent autour des arbres ou sur une pelouse, mais il est aussi très adapté pour une bordure ou une rocaille, ainsi qu’en pots ou jardinières sur la terrasse ou le balcon.

On l’associe naturellement au jardin avec les cyclamens de Naples ou les sternbergias qui sont aussi des bulbes d’automne.

Un soupçon de botanique

Plante herbacée vivace de la famille de Colchicaceae, le colchique est une plante à corme : c’est une tige et non un bourgeon qui est l’organe de réserve.
Il existerait des centaines de variétés dans le monde, la plupart se trouvant dans les Balkans et en Asie mineure, mais sa classification est assez confuse.

Le colchique est hermaphrodite et il se pollinise par entomogamie et autogamie. Ses inflorescences sont des fleurs solitaires terminales. Sa graine est une capsule (avec) de laquelle tombent les graines rondes et noires.

Plante nudiflore, c’est la fleur seule qui apparaît à l’automne, d’une spathe (un tube floral) tubuleuse qui sort du sol. Cette fleur, longue corolle soudée, est composée de 6 tépales, 3 pétales généralement roses et 3 sépales de la même couleur. Elle possède 6 étamines, et non 3 pour le crocus auquel elle ressemble.
Au printemps arrivent les feuilles vert clair, larges et lancéolées, qui entourent le fruit formé sous la terre.
Pour le colchicum automnalis, après la floraison le bulbe entre en repos végétatif jusqu'au printemps où les feuilles émergent et les fruits commencent à mûrir. Le corme va regonfler ses réserves à ce moment là. À la fin du printemps, tout sèche, et le corme entre à nouveau en dormance jusqu’à la floraison de septembre.

La colchicine

Le colchique est aussi appelée “tue-chien”, car très toxique. Il contient de la colchicine, un alcaloïde très dangereux. Autrefois les enfants jouaient avec les capsules de graines, et parfois les ingéraient et s'empoisonnaient.
L’usage médical du colchique est mentionné à partir de 1 500 ans avant J.C, sur des papyrus égyptiens. On le croise en Perse, en Inde, en Grèce chez Hippocrate, à Byzance particulièrement pour son utilisation pour traiter la goutte. La colchicothérapie naît en Angleterre, au XVIIème siècle. La colchicine est extraite pour la première fois à Paris au XIXème siècle.

Utilisée pour traiter les rhumatismes, particulièrement la goutte, car elle a des effets anti-inflammatoires et de soulagement de la douleur, elle possède aussi des effets antimitotiques (inhibitrice de la mitose, la division des cellules).

Les espèces intéressantes de colchique

- Colchique giganteum rose est très rustique et montre des fleurs roses veinées de blanc.
- Colchique speciosum "Album" donne des fleurs blanches qui peuvent faire jusqu’à 8 cm de diamètre. Son feuillage panaché apparaît en mai.
- Colchique giganteum "Lilac" : 4 à 10 fleurs rose violacé par bulbe.
- Colchique hybride "Waterlily" : 15 cm de diamètre pour des fleurs rose lilas composées de 20 pétales.

À savoir

Le nom du colchique vient de Colchide, la patrie de Médée : magicienne et meurtrière de la mythologie grecque.

Arrosage : faible
Composition du sol : normal, sableux
Couleur fleurs : mauve, blanc, rose
Exposition : soleil, mi-ombre
Feuillage : caduc
Hauteur à maturité : 0,10 cm à 0,20 cm
Humidité du sol : drainé
Mois de floraison : septembre à novembre
Niveau de soin : facile
Période de plantation : juillet à octobre
Rusticité : rustique
Saison d’intérêt : automne
Type de plante : plante à fleur
Type de végétation : vivace
Utilisation au jardin : prairie, massif, bordure, rocaille
Utilisation pour la maison : balcon ou terrasse
Zones climatiques en France : toutes