Après quelque trente années à traîner mes guêtres dans les jardins d'outre-Manche, ma perception du jardin anglais s'est affûtée. Par-dessus tout, j'apprécie en ces lieux la juxtaposition d'un professionnalisme horticole transcendé en atmosphères romantiques ou bucoliques. Voici donc 13 clés et recettes pour adopter cette approche séduisante et, ainsi, créer chez vous un jardin de charme.

1- Jouez sur les lignes courbes.

Ce qui fait la différence primordiale entre les jardins classiques et les réalisations "à l'anglaise" c'est avant tout les tracés en lignes courbes, pour les massifs comme pour les allées. Il en résulte un paysage plus doux et esthétiquement plus proche de la nature. L'espace est aussi plus expansé contrairement aux jardins clos de murs ou de haies, formels.

2-Induisez le mystère.

Pays de brumes et de pluviosité, les jardins y sont oniriques et incitent aux découvertes inopinées de recoins singuliers, de promenades dans les bois ou bosquets à peine jardinés.

3-Choisissez haies et séparations.

Ils le savent bien ces Anglais que les haies forment la charpente, l'ossature d'un jardin. Aussi ne lésinent-ils pas sur la qualité des végétaux. Faisant fi des cyprès de Leyland et autres thujas, ils privilégient des essences nobles telles qu'ifs et charmilles pour structurer l'espace. Le vert sombre du premier et la parure changeante de la seconde, assurent des toiles de fond réussies. De plus, ces arbustes se plient docilement aux tailles les plus fantasques.

Un<br />
gazon impeccable, des haies taillées de près

4-Respectez la nature et votre environnement.

Les Anglo-saxons ont un sens inné de la nature et ils la respectent dans toutes ses manifestations. Faites de même et encouragez la faune et la flore sauvage dans votre petit domaine. Aménagez aussi des perspectives, des échappées belles encadrant des éléments clés du paysage: un arbre séculaire au lointain, le clocher d'une église, une trouée sur la vallée...

5-Structurez l'espace.

Prenez soin de toutes les strates de végétation. Préservez les grands arbres, majestueux et pourvoyeurs d'une atmosphère unique, de microclimats originaux propices à l'installation de plantes éphémères du printemps ou d'automne. Établissez un écrin d'arbres et d'arbustes afin de mettre en valeur les plantations des massifs.

6-Plantez en strates.

Une fois la structure arborée mise en place, concevez les plantations en imitant la nature, par strates dégressives : arbustes et rosiers puis plantes vivaces accompagnant les bulbeuses. N'oubliez pas les nombreuses plantes couvre-sol qui servent d'écrin indispensable, horizontal cette fois-ci.

7-Renforcez le décor.

Parfois, une petite sculpture suffit pour animer un coin de jardin. Employez aussi des contenants patinés par le temps, un cadran solaire ou une sphère armillaire posés sur un socle au milieu du jardin d'herbes, un réservoir en zinc transformé en contenant original...

8-Le gazon comme écrin.

Tout jardin anglais digne de ce nom comporte ses plages de moquette verte manucurée. Cultiver cet élément incontournable du décor impose discipline et entretien périodique.

Des mixed-border chargées

9-Les mixed-borders sont reines.

Les massifs présentent une belle biodiversité car ils sont composés de plantes de toutes sortes, se mariant harmonieusement. N'hésitez pas à juxtaposer les arbustes et les vivaces ou bulbeuses ainsi que les rosiers pour peu que vous concédiez à chacun l'espace vital.

Réservez cependant, dans vos plates-bandes, des endroits dédiés aux plantes saisonnières: bulbes de printemps puis d'été, bisannuelles suivies d'annuelles afin d'assurer une floraison aussi étalées que possible au fil des saisons.

10-Des jeux de couleurs recherchés.

La quête de raffinement est tangible surtout lorsqu'il s'agit du choix des harmonies colorées: doux camaïeux ou bien contrastes osés à la manière de Christopher Lloyd à Great Dixter. Cette recherche est exacerbée dans les jardins monochromes, comble de la sophistication à l'instar du fameux jardin blanc de Sissinghurst.

Une collection de delphiniums

11-Employez des variétés horticoles.

Certes les obtentions, les hybrides les plus recherchés demandent des soins attentifs (tuteurages, traitements préventifs, suppression des fleurs fanées, fumures et arrosages suivis) mais ils offrent un spectacle unique, magnifique. Il faudra passer par là pour apprécier toute la splendeur des grands delphiniums, les lis géants de l'Himalaya ou encore les mythiques pavots bleus.

12-L'art des palissages.

Les techniques culturales sont bien rodées dans de tels jardins. Les tailles et palissages d'arbustes contre les murs, les tunnels de grappes bleues de glycines ou jaunes de cytises, les voûtes arachnéennes d'érables du Japon… sont autant d'exemples créatifs d'un art consommé.

13-Un laisser-faire organisé.

Certains jardins anglais d'aspect plus brouillon présentent un "charmant fouillis". Ne vous y trompez pas car ils nécessitent une belle maîtrise des plantes, surtout de celles qui se propagent abondamment par semis. Voilà tout un art qui ne se jauge et se peaufine qu'avec l'expérience et surtout une minutieuse observation.

Les jardins anglais montrent la quintessence d'un art longtemps pratiqué. Toutefois, les jardiniers outre-Channel ne restent pas campés sur leurs acquis. Ils s'avèrent en effet très ouverts aux influences extérieures. Ainsi, adoptent-ils de nos jours et avec brio les récentes techniques des jardins naturalistes venus du nord de l'Europe. Dans les faits, nous autres Français avons bien du mal à nous remettre autant en question.
Chapeau bas donc mesdames et messieurs les jardiniers anglais !

Philippe Ferret