Jolie herbacée sauvage, la camomille est en fait multiple car ce nom presque générique est donné à des plantes ayant le même aspect avec des fleurs comme des marguerites, un joli feuillage divisé et des propriétés médicinales semblables mais n’appartenant pas eu même genre. Pour autant elles sont toutes faciles à cultiver, odorantes, ornementales et donnent un petit côté jardin de simples là où elles sont installées.

Camomille

Description de la camomille

Il y a trois espèces de plantes, qui ne sont pas du même genre botanique, mais qui sont très ressemblantes, qui portent le nom de camomille : la camomille romaine, la grande camomille et la petite camomille. Ce sont toutes des plantes herbacées, au feuillage très divisé. Elles portent des inflorescences en capitules odorantes, dont le centre est constitué de fleurons (fleurs réduites) jaunes et tubulaires et le pourtour de fleurons blancs semblables à des pétales. Elles fleurissent entre le printemps et l’automne.
On en fait des tisanes, amères pour la grande camomille et la camomille romaine, douce pour la petite camomille.
Elles sont utilisées toutes trois pour leurs propriétés médicinales, qui diffèrent légèrement. On fabrique avec la camomille romaine une huile essentielle aux propriétés notamment antioxydante, anti-inflammatoire, sédative et spasmolytique. Ses fleurs sont utilisées en phytothérapie car elles apaisent les troubles digestifs et elles adoucissent les affections dermatologiques.
La petite camomille est traditionnellement utilisée pour ses propriétés médicinales, et ce depuis l’Antiquité. Elle se boit en tisane pour calmer les troubles digestifs et pour ses propriétés apéritives. Elle est tonique, antispasmodique, analgésique. Son huile essentielle est également antibactérienne, sédative et spasmolytique.
L’huile essentielle de grande camomille a des propriétés anti-inflammatoires et serait un traitement pour les migraines.

Utilisations au jardin

Jolie vivace bien ramifiée, la camomille sera parfaite en rocailles (pour la romaine), mais aussi en bordures ou dans des massifs, dans un jardin champêtre.
La matricaire affiche un feuillage presque mousseux, très ornemental dans les massifs.
Les propriétés répulsives des camomilles contre de nombreux parasites leur offrent une place toute trouvée au potager, ou encore autour des plantes sensibles aux pucerons qu’elles attireront à leur place.

Fleur de camomille

Variétés de camomille

  • La camomille romaine ou camomille noble : plante vivace, elle forme une petite touffe de petite taille, qui ne se ramifie que sur la partie supérieure. Ses tiges sont duveteuses, couchées puis se redressant, habillées de feuilles sans pétiole, blanc vert, très découpées et filiformes. Les inflorescences solitaires se trouvent en bout de tige. Ces inflorescences sont très odorantes et apparaissent en été, jusqu'au mois de septembre.
  • La matricaire, dite petite camomille, camomille sauvage ou camomille vraie : cette plante est une annuelle qui présente une seule tige portant des feuilles filiformes et très découpées. Les inflorescences sont également des capitules solitaires, mais très petits, pas plus de 25 mm. Le centre du capitule est bombé, alors que le tour formé de fleurons blancs se tourne vers le bas après que la fleur se soit ouverte. La floraison est très longue, du milieu du printemps au milieu de l’automne et est très odorante.
  • Le pyrèthre doré, dit grande camomille : c’est une plante vivace, de haute taille (30 à 70 cm de haut), ramifiée, qui porte des feuilles pétiolées, duveteuses et divisées en segments plus larges que les 2 autres camomilles. Les capitules sont disposés en corymbes et ils sont constitués d’un cœur jaune et bombé (parfois plat) et d’une périphérie de fleurons blancs. Elle fleurit au cours de l’été. Elle est utilisée autant comme plante ornementale que comme plante médicinale.

Conseils sur la plantation de la camomille 

  • La camomille romaine aime les sols secs, sablonneux, neutres à légèrement acide, humifères, et se plaît au soleil, et en altitude jusqu’à 1000 mètres. Elle se sème en terre au printemps, une fois que les gelées sont terminées, ou bien à l’automne. Elle peut également être plantée, aux mêmes périodes et se cultive en bacs aussi bien qu’en pleine terre.
  • La camomille sauvage (matricaire) est très peu difficile quant à la nature du sol, elle préfère néanmoins une terre riche et bien drainée, et une exposition ensoleillée. Elle peut être installée en altitude, jusqu’à 1600 mètres. Elle se sème sur un sol enrichi au printemps ou à l’automne, les plants, eux, sont installés en mai.
  • La grande camomille se plaît partout tant que le sol est bien drainé et qu’elle est exposée au soleil. Elle a une préférence pour les sols secs. On la sème à partir du mois de mars en place ou en terrine. Il n’est pas besoin de recouvrir les graines. Le substrat doit rester humide jusqu’à la levée des plants, à éclaircir si besoin.
La fleur de camomille a de nombreuses vertues

Conseils sur l'entretien de la camomille

Les camomilles ont besoin de peu d’entretien. Il est juste nécessaire de couper les fleurs au fur et à mesure où elles fanent, et de rabattre la camomille romaine à la fin de l’hiver. Nettoyez bien le sol par des binages réguliers car elles n’apprécient pas la concurrence.
En pot elles doivent être arrosées régulièrement. Elles se multiplient par semis spontanés ou par division des touffes (pour les vivaces), qui se réalise en automne. Pour récolter les fleurs, il faut privilégier celles du début de saison et qui ne sont pas encore totalement ouvertes.
Attention en hiver si le sol n’est pas assez drainé, la camomille romaine et la grande camomille craignent l’humidité froide, il faudra pailler leur pied pour les protéger. Les camomilles en pot seront mises à l’abri.

Maladies de la camomille

Les camomilles ne craignent pas les maladies, et les seuls parasites s’y attaquant sont les pucerons, il suffira de pulvériser les plantes avec de l’eau et du savon noir.

Un peu de botanique

La camomille romaine, Chamaemelum nobile, provient de la côte atlantique, de l’Europe à l’Afrique du Nord et s’est répandue en Europe Centrale, en Amérique du Nord, en Australie et en Océanie.
La matricaire, Matricaria recutita, est indigène en Europe, Asie tempérée, Afrique du Nord, et elle s’est répandue et naturalisée dans toute l’Amérique et l’Australie. On la trouve partout en France au bord des chemins, dans les champs.
Le pyrèthre doré, Tanacetum parthenium, est originaire d’Europe de l’Est et du Sud, ainsi que d’Asie tempérée. On en trouve en France dans les rocailles et les bords des chemins.
Elles font toutes les 3 partie de la famille des Astéracées.

Caractéristiques

Rusticité

rustique à très rustique

Exposition

soleil, mi-ombre

Période de floraison

printemps

Hauteur à maturité

10 cm à 60 cm

Entretien & plantation
Niveau de soin

facile

Exposition

soleil, mi-ombre

Composition du sol

sableux, argileux, calcaire, caillouteux, humifère

Arrosage

faible

Ph du sol

acide, neutre, alcalin

Humidité du sol

drainé

Période de plantation

printemps, automne

Utilisation

jardin, terrasse, balcon

Utilisation en jardin

massif, couvre-sol, bordure, rocaille, potager

Caractéristiques végétales
Hauteur à maturité

10 cm à 60 cm

Feuillage
Couleur feuille

vert

Couleur des fleurs

blanche à coeur jaune

Période de floraison

printemps

Botanique
Rusticité

rustique à très rustique

Nom botanique

Chamaemelum nobile

Famille

Astéracée