Alignés au garde à vous dans un coin de jardin ou regroupés en massifs, les rosiers perdent de leur superbe. Mieux vaut donc employer vos rosiers dans des massifs mixtes où les plantes environnantes mettront en valeur leur beauté.

Bien marier ses rosiers

Mariages de raison de rosiers

L'intérêt de planter des rosiers parmi d'autres plantes différentes est multiple. D'une part vous mettrez ainsi en valeur la grâce, le teint des fleurs, le port élégant de ces arbustes, mais surtout vous encouragerez la biodiversité et, ce faisant, diminuerez les risques de propagation des maladies et des parasites. En effet, une forte concentration (culture intensive) d'une même plante conduit inéluctablement à des problèmes phytosanitaires. En mixant les plantations, vous limiterez donc grandement le recours à des pesticides.

De même, certaines plantes sont capables d'éloigner, par les huiles essentielles qu'elles dégagent naturellement, les parasites indésirables de vos rosiers. Tel est le cas en particulier des alliacées comme les aulx d'ornement ou la ciboulette et plus généralement des plantes aromatiques et condimentaires : lavandes, thyms, sauges, origans

L'occasion est trop belle pour envisager des bordures, des galons de massifs à la fois jolis et utiles, capables d'éloigner, par leur simple présence, les pucerons par exemple. Les géraniums à feuillage odorant, non rustiques, offrent du reste le même effet.

Roses et géraniums

Mariages de beauté de rosiers

Rien de tel qu'un aréopage de plantes diverses et variées pour rehausser la beauté des rosiers. A ces fins, accordez à ces derniers la compagnie des plantes vivaces innombrables, des saisonnières et annuelles, des bulbeuses estivales mais aussi d'arbustes et de plantes grimpantes. Le but est alors de jouer des contrastes de formes et de couleurs.

Campez les plates-bandes de feuillages amples, pointus ou arrondis comme les bergénias, les hostas, les alchémilles. Aux coupes simples ou pleines des roses, opposez des fleurs en épis graciles des Verbascum cotonneux, digitales ou linaires pourpres, les épis graciles des graminées, les fleurs rayonnantes des marguerites, les clochettes des campanules
Jouez des inflorescences mousseuses des gypsophiles, des feuillages jaillissants des iris ou bien des plantes couvre-sol ou encore formant des coussins compacts.

Massif de graminées

Le feuillage coloré des hostas et heucheras, voire des arbustes tels que les weigelas ou les caryopteris panachés sont de même une bénédiction pour donner du rythme, pour scander les longues plates-bandes.
Sans compter les végétaux à feuillage gris (santolines, armoises, seneçons…), indispensables pour calmer les forts contrastes de couleur, adoucir et fondre les camaïeux, apporter une note de raffinement.
Et si un massif manque de relief, installez simplement un ou plusieurs tripodes solides sur lesquels vous ferez grimper clématite ou chèvrefeuille.

Duos ou trios de charme de rosiers

Ne vous limitez pas à l'emploi des sempiternels rosiers "buisson" à grandes ou petites fleurs. Prospectez du côté des rosiers arbustifs, plus grands et au port souple, du rosier à feuillage glauque (Rosa glauca), des formes lianes ou grimpantes pour moduler à l'infini vos réalisations. Ainsi, une variété à grosses fleurs pleines sera naturellement mise en valeur par un autre rosier aux bouquets candides. Le long d'un mur, un grimpant à grosses fleurs ou bien une clématite pimpante rehausseront à merveille à l'effet de cascade vaporeuse d'un rosier liane vigoureux.

Causes de divorces des rosiers

Toutefois, gardez en mémoire les exigences inhérentes aux rosiers en général. Ainsi, veillez à leur accorder un maximum d'ensoleillement pour profiter de floraisons abondantes. Gare donc aux arbustes trop plantureux ou bien même aux plantes vivaces ou saisonnières très poussantes et capables d'étouffer vos précieux rosiers en l'espace de quelques mois.
Au niveau du sol, évitez les espèces drageonnantes et envahissantes trop promptes à corseter les jeunes rosiers. Mieux vaut maintenir une zone d'entretien autour de chaque pied et libre de toute végétation parasite sur un rayon de 20 cm.
Ainsi, vous pourrez apporter judicieusement de l'engrais et pratiquer des binages sans souci. Veillez enfin à choisir des plantes d'accompagnement aux mêmes exigences culturales que les rosiers. Évitez par exemple les plantes de sécheresse comme les grands iris des jardins qui n'apprécieraient guère les arrosages réguliers prodigués aux rosiers.

Philippe Ferret